Il était une fois dans l’Est, Denis Robert

    Grand Est, Denis Robert (scénario), Frank Biancarelli (dessin). Editions Dargaud,152 pages, 22 euros.

    Denis Robert n’est pas qu’un journaliste d’investigation tenace. Ecrivain, peintre, réalisateur de documentaires, il est également scénariste de bandes dessinées. Comme ici avec un récit autobiographique romancé, adaptation d’un de ses livres.

    Venant de retrouver ses points après un stage de conduite, sa femme à New-York pour y installer l’une de leurs filles, Denis Robert se retrouve avec son fils de 7 ans. Profitant de l’occasion, il l’emmène alors dans sa vieille Jaguar dans une balade dans la région, lui préparant une balade touristique,  entre la Montagne des Singes, au pied du château de Kintzheim en Alsace et une vieille mine transformée en musée, avec des étapes chez des amis ou en famille. Occasion aussi de se remémorer des souvenirs d’enfance, de ses débuts dans le journalisme lors de la grève des mineurs de 1983 ou l’affaire Gregory et de voir le changement dans ses lieux qui lui étaient jadis familiers…

    Denis Robert avait déjà participé à la mise en forme graphique de son enquête – et de ses démêlés – avec Clearstream dans la magistrale série l’Affaire des Affaires. Cette dimension-là, avec le rôle de la finance et du système capitaliste dérégulé n’est pas totalement absent de Grand Est, nouveau roman graphique paru au printemps dernier. Le contexte politique et social demeure en arrière-fond, à travers le bilan de ses conséquences concrètes au coeur de la Lorraine.

    Dense en pagination et en niveaux de lecture, le récit reste fluide grâce au joli travail graphique de Frank Biancarelli. Sobre et efficace, avec un style réaliste plus enlevé et moins classique que dans ses précédents albums, il gère fort bien les différentes temporalités du récit à travers l’usage de la couleur et d’une mise en image se permettant parfois des envolées plus graphiques, pleine page, comme avec cette évocation d’une vieille usine sidérurgique.

    Le journaliste-réalisateur poursuit donc ici ses réflexions, sur un registre à la fois intime et social, avec un road movies mosellan, sur les chemins de traverse et les traces de son passé personnel. Un parcours qui se double d’un reportage sensible sur la situation socio-économique de cette région désindustrialisée. Plus profondément encore, du Château de Kintzheim à Moyeuvre (ou il est né et ou ne naîtra plus personne depuis la fermeture de la maternité), cette vadrouille est une forme de récit initiatique d’un père pour son fils, pour lui transmettre ses racines et une certaine vision du monde. Vision désenchantée, déprimée parfois, mais réaliste. Comme s’il fallait toujours bien connaître son passé pour se préparer à l’avenir.

    Après une collaboration moins convaincante sur Dunk (l’adaptation du roman du même nom de Denis Robert devenu ensuite le one shot Le projet Mandelberg), le duo Biancarelli-Robert a trouvé ici une belle complicité.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Mortelle humanité

    LA BELLE MORT, Mathieu Bablet, ed.Ankama, 144 pages, 17,90 €. Dans ce monde post-apocalyptique, ...

    Tricoter avec Emile, c’est cool !

    Emile invite une copine, Vincent Cuvellier, Ronan Badel. Editions Gallimard Jeunesse, 28 pages, 6 ...

    Bob Morane, l’indomptable

    Bob Morane renaissance, tome 2: le village qui n’existait pas, Luc Brunschwig et Aurélien ...

    Le Bonjour de Philippe Lacoche

    Où sont les bars? «Où sont les femmes», chantait-on il y a quelques années. ...

    Un bon voyage

     Le beau voyage, Zidrou, Benoît Springer, éditions Dargaud, 56 pages, 14,99 euros. A première ...