La colonne infernale

    La colonne, tome 1: un esprit blanc, Christophe Dabitch (scénario), Nicolas Dumontheuil (dessin), éditions Futuropolis, 80 pages, 17 euros.

    L’aspect “positif” de la colonisation ? On ne le trouvera pas dans cet album flamboyant du journaliste-scénariste Christophe Dabitch et du dessinateur Nicolas Dumontheuil qui narre, de façon à peine masquée, l’équipée de la “colonne Voulet-Chanoine” en 1899 au Tchad.

    Dans cette première partie du diptyque, les auteurs s’attachent à dépeindre la genèse de l’expédition – devenue ici “Boulet-Lemoine”. Ils restituent le climat colonialiste parisien de la “belle époque”, avec son cynisme économique à peine masqué par quelques réflexions géo-stratégiques et son racisme “bon enfant” et plein d’évidence… Nulle trace de volonté civilisatrice ou spirituelle, en revanche dans toute cette histoire…

    En cette toute fin de XIXe siècle, alors que les puissances européennes se sont déjà largement partagées le continent noir, l’expansif Lemoine et le froid Boulet parviennent difficilement à se faire financer leur expédition, laissant entrevoir déjà le début de la folie qui va les gagner, une fois le pied posé au Sénégal. Entre deux séances au bordel (à Paris comme en Afrique), et faute d’obtenir la totalité des moyens qu’ils souhaitaient, ils forment néanmoins leur colonne en incitant la troupe à se payer sur place, parmi les territoires traversés. Une politique de razzia et de rafles qui va dégénérer très rapidement, comme les premiers massacres, évoqués en fin d’album, le montrent.

    Ce raid sauvage et absurde – et encore méconnu – est rapporté ici dans toute sa sanglante démesure, mais avec une distanciation bienvenue et réussie, à travers les souvenirs d’un des soldats africains rescapé de l’expédition – Souley – et, plus insolite, par “l’esprit blanc” sarcastique de la colonne, qui donne le titre à cette première partie et en est le principal narrateur.

    Soignant la description de ces personnages, évitant tout manichéisme émotionnel (les responsabilités des Africains ne sont pas évacuées), cette Colonne bénéficie du dessin élégant et coloré – en couleurs directes – que Dumontheuil développe dans les péripéties exotiques (et plus drôlatiques) de son Landais volant. Un traitement très évocateur et décalé, qui éclate dès la, superbe, couverture et qui donne à l’ensemble une dimension grotesque et tragi-comique. De quoi en rendre la lecture moins insoutenable, mais tout aussi marquante. Cette colonne-là s’est bien mise en marche. Et avec intelligence, elle.

     

     

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Trois étoiles et les îles du Sud !

    Le Clos des épices « La cuisine, c’est pas du cirque ! » Commentez ...

    Dans la tête du terroriste

    Mort au Tsar, tome 2 : le terroriste, Fabien Nury (scénario), Thierry Robin (dessin). ...

    une Dauphine qui rit jaune

    M’sieur Maurice et la Dauphine jaune,   Bruno Bazile. Treize étrange, 48 pages, 13,90 euros ...

    Un pur bonheur

     Concis, élégant, irrévérencieux, subjectif, vachard, «Mufle », dernier roman d’Eric Neuhoff, est un véritable petit ...

    En revenant à Astrid Bromure

    Astrid Bromure, tome 2: Comment atomiser les fantomes, Fabrice Parme. Editions Rue de Sèvres, ...

    RIP Roger, fameux cosmique troupier

    Cosmik Roger & les femme, tome 7, Julien & Mo / CDM, éditions Fluide ...