La mort expliquée aux enfants par Pierre Tombal

    Cela reste de la com’ avant d’être de la création, mais il faut reconnaître que le projet initié par le Voeu (premier réseau d’entreprises de pompes funèbres) et les auteurs de Pierre Tombal (Raoul Cauvin, Marc et Nicolas Hardy)  s’avère une réussite pleine de tact sur un sujet pas forcément facile à aborder : le deuil expliqué aux enfants, à travers un la bd Papy se disperse.

    Pour l’opérateur funéraire,  cette démarche pédagogique  s’inscrit dans une volonté d’agir en faveur d’”une proximité réaffirmée auprès des familles, d’un accompagnement renforcé pour affirmer un funéraire moderne, humain et responsable“.  Ce “support ludique” pour accompagner les familles endeuillées se présente donc comme un petit album souple d’une quinzaine de planches. Deux enfants sont confrontés au décès de leur grand-père.
    L’histoire se suit à travers les yeux de ces deux jeunes, avec leur façon de vivre ces funérailles, ainsi que leurs  questions vis-à-vis de la cérémonie, de la mort”. Ils vont se retrouver entraînés dans  l’univers fantaisiste de Pierre Tombal avant de retrouver une réalité plus pacifiée et apaisée.

    Et comme le dit Nicolas Hardy, co-scénariste, dans le dossier de presse : “je pense que la mort ne doit plus être un sujet tabou. Plutôt que d’être terrorisé par cette idée, ne vaut-il pas mieux l’accepter et savoir vivre avec.” Une philosophie, dédramatisée, du deuil et de la mort à laquelle cette courte bande dessinée contribue incontestablement, avec tendresse et non sans finesse.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

     « Ce film permet de rendre visible une France invisible »

    L’Amiénois François Ruffin, créateur de Fakir, sortira, mercredi, son premier film, Merci patron ! sur ...

    Patrick Besson : « Je lis très peu les articles politiques »

                      Il donne peu d’interviews. Surtout quand il s’agit de presse, de journalisme, de ...

    Benoît Delépine n’a peur de rien

    Benoît Delépine devant la brasserie Le Carillon, à Saint-Quentin.     De retour dans ...

    Black Joke, pari gagnant

    Black Joke, Rintaro Koike (scénario), Masayuki Taguchi (dessin). Éditions Ankama, 194 pages, 6,95 euros. ...

    Première dédicaces de rentrée

    Première séance de dédicaces de septembre à la librairie Bulles en stock, à Amiens, ...

    Les grands livres de Berthet

     Mort rongé par l’alcool à 49 ans en 2003, Frédéric Berthet, considéré comme le ...