La peur des coups

    Le phénomène est méconnu, car pour le souffre-douleur s’ajoute à la souffrance des coups la honte d’être bafoué dans sa virilité : les hommes seraient les victimes d’un quart des affaires de violences conjugales.

    Même causes, mêmes effets : celle qui boit, c’est celle qui tape. (Andrey sous CC)

    Le hasard a voulu que deux dossiers de violence féminine fussent évoqués la même semaine, en décembre à Amiens.

    Dans la première, Carole, 48 ans, a donné des coups de couteau à son mari Patrice après lui avoir décoché quelques coups de poing. Le mari explique qu’ils étaient « si bien ensemble », mais qu’elle n’a pas supporté qu’il la délaissât plusieurs semaines afin de suivre une cure de désintoxication : « Elle s’est sentie abandonnée ».

    Ce soir de mai 2016, c’est le monde des idées reçues à l’envers : l’homme attend le retour de sa concubine ; elle, de son côté, traîne jusqu’à une heure du matin et s’envoie, avant de rentrer au domicile conjugal, quelques bières sur le parking de l’immeuble.

    Depuis, elle suit une thérapie, pendant laquelle elle se souvient qu’elle fut aussi, lors d’une première union, une femme martyre. « Pour l’instant ça va, on se parle beaucoup » souffle-t-elle avant d’écoper de quatre mois avec sursis. Il lève son visage angoissé : « Cette histoire, on en souffre énormément, ça poigne… C’est arrivé, hélas… »

    Deux jours plus tard comparaît Emeline, 32 ans. Elle répond d’avoir fait subir des violences régulières à son conjoint pendant des années, jusqu’à ce soir de mai 2016 où elle l’a menacé avec un couteau, sous les yeux de leur fils. Il explique qu’il vivait sous son emprise. Elle répond qu’elle travaillait comme une damnée pendant qu’il se la coulait douce, même pas capable de préparer le repas quand elle rentrait de sa journée d’auxiliaire de vie. Il fait remarquer que depuis qu’il s’est « libéré », il a  retrouvé du travail.

    L’homme décrit des gifles, des coups de poing, des insultes, des menaces, des coups de genou dans les parties sensibles et cette fâcheuse habitude de lui empoigner les testicules en proclamant : « Ça c’est à moi, personne n’y touche ».

    « Je n’ai pas d’excuse », pleure-t-elle à la barre. Depuis des mois, elle n’a même plus le droit d’héberger son enfant un soir par semaine. Elle aussi suit une thérapie : « J’ai compris que j’avais peur des hommes et que ça remontait à mon enfance, quand j’ai été victime de violences ».

    Homme, femme, c’est finalement le même cercle vicieux : l’éclopé d’aujourd’hui risque fort de devenir le bourreau de demain.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    l’amour vague

    Adam et elle, tome 2, Gwen de Bonneval, Mickaël Sterckeman, éditions Glénat, 48 pages, ...

    C’est affreux!

    Il fallait bien que ça m’arrive un jour! Ph.L. Commentez ou exprimez-vous grâce aux ...

    Aventures et arnaques dans la BD

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Coïncidences, jolie chanteuse, cheveux salés et Martin Nimier

    J’aime les coïncidences. C’est mon côté André Breton, Nadja, sublime roman du pape totalitaire ...

    En voiture Simone

    Ces trois-là vous couperaient l’envie d’acheter des voitures d’occasion, si vous aviez assez de ...

    “Tintin au Congo”: y’a bon

    On l’avait évoqué voilà quelques mois, la justice bruxelloise avait accepté de juger la ...