L’Agent 212, valeur sûre de la police…

    L’Agent 212, tome 28 : Effet monstre, Cauvin, Kox. Editions Dupuis. 48 pages, 10,60 euros.

    Voilà 37 ans que ça dure ! Trente-sept ans qu’Arthur nous fait rire et nous permet en toute quiétude de nous moquer de la Police ! Arthur, c’est l’Agent 212, au nom de famille méconnu (Delfouille) mais à la silhouette bedonnante ultra-connue elle, des méchants comme des gentils qu’il fréquente avec la même bonhomie et la même habitude de gaffer et se fourrer dans les situations les plus complexes et improbables depuis 1975. L’année où Daniel Kox l’a conçu pour le journal Spirou. Avant de partager l’affaire avec cette véritable machine à gag qu’est Raoul Cauvin (Les Tuniques Bleues, Cédric, Les femmes en blanc, etc) et ses plus de 45 millions d’albums vendus en 40 ans de fidélité aux éditions Dupuis.

    L’Agent 212 a été édité en album à partir de 1981 (premier titre : 24 heures sur 24). Le 28e tome est égal à ses devanciers avec les mêmes recettes : les brimades de la belle-mères d’Arthur qui prend tout de même quelques douces revanches, de grosses bévues lui valant les remontrances du commissaire, sa trouille dans certains situations, sa confondante naïveté et son indéniable grand coeur. Un trait de caractère qui lui fait se plier en quatre pour rendre service sans jamais en être payé de retour, bien au contraire…

    Parfois, « 212 » comme on dit au commissariat, se veut rigide et nous rappelle, inévitablement, un des flics bornés et fier à bras que nous avons tous rencontré au moins une fois (une seule ?) dans notre vie…

    Ainsi, à l’entame de ce nouvel Agent 212, Effet monstre, on sait d’avance ce qui nous attend, tant il n’y a jamais de surprise au fil des pages. Mais loin d’être ici un défaut, c’est un atout. Car contrairement à ce qu’il représente aux yeux de ses collègues, pour l’amateur de BD drôles Arthur est une valeur sûre. Avec lui, pas de doute, on va se marrer ! Et ce, bien plus que la couverture reprenant -c’est bien dommage- peut-être le gag le moins drôle de l’album, le laisse imaginer.

    Voilà donc 37 ans que ça dure. En espérant simplement que cela n’augure rien d’une retraite proche.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    1789 comme jamais !

    Révolution, tome I: liberté,  Younn Locard et Florent Grouazel, Actes Sud, collection L’an 2, 328 ...

    Croc-en-jambe, tragicomédie trash dans la Lorraine profonde

     La vengeance de Croc-en-jambe, Matthias Lehmann et Nicolas Moog (scénario et dessin). Editions Fluide ...

    Issak, un rônin dans le tourbillon de la Guerre de Trente ans 

     Issak, tome 1, Shinji Makari (scenario), Double-s (dessin). Editions Ki-oon, 224 pages, 7,90 euros. ...

    Saga, toujours aussi haut en couleur

    Saga, tome 8, Brian K.Vaughan (scénario), Fiona Staples (dessin). Editions Urban comics, 152 pages, ...