Le poulbot élégant

     

    Punk ébouriffé avant l’heure, résistant, Robert Giraud passa sa vie dans les bistrots et auprès du peuple de Paris. Et vécut avec les clochards.

    Quel bon livre! Quel livre à la fois émouvant et réjouissant! Et Robert Giraud (1921-1997), quel écrivain! Regardez un peu sa tête de poulbot ébouriffé, de punk avant l’heure. Un look entre Johnny Rotten et Sid Vicious. Un sacré personnage aussi. Courageux résistant dans le Limousin (condamné à mort, il dut son salut à la libération de Limoges par les forces de Georges Guingouin), il monte à Paris, vit quasiment dans la rue, puis deviendra journaliste pigiste pour différents journaux (dont Franc-Tireur, Paris-Presse, France-Soir, etc.) et écrivain, auteur notamment de l’épatant et mythique Vin des rues (Denoël, 1955).Le présent ouvrage, Le Peuple des berges,

    Regardez-moi cette tête de vainqueur. Entre Johnny Rotten et Sid Vicious. Un punk avant l'heure, le Giraud. Quel grand écrivain!

    réunit des textes publiés en octobre1956 dans Qui? Détective. Et c’est un régal. Robert Giraud – qui entre temps est devenu Bob Giraud – dresse dans un style élégant, efficace et sans graisse, le portrait des clochards de Paris au sortir de la guerre. Faut-il préciser que Giraud a puisé dans ses souvenirs encore frais pour écrire? Il les avait connus de près tous ces personnages hauts en couleurs: l’Amiral, roi des clochards, le Chat, champion du détroussage des amoureux des bords de Seine, Riton, homme des bois spécialiste du ramassage de la verdure, Ralph, pêcheur – braconnier – dans la Seine… Les apprentis journalistes, reporters en herbe, devraient tous lire Giraud. Son style est une leçon non pédante de journalisme. Il mêle poésie, fiction légère et âpre réalité. Un Henri Calet en chat de gouttière, un Blaise Cendrars en moins bavard, un Prévert de la prose. On y croise des petits vieux affamés qui font les poubelles. Là, on se bat pour une place sur une grille d’aération de métro; ici, on chipe un colin sur l’étal d’un poissonnier. Gégène confie qu’il a «le virus de l’honnêteté» et qu’il souhaiterait que soit créé un statut «de clochard artisan ou commerçant; un clodo qui aurait une situation pour ainsi dire…» La plume de Robert Giraud est tour à tour tendre, réaliste, très française. Toujours belle. Ce libertaire pensait que le pire instrument de servitude était l’argent. Il vécut toute sa vie dans la gêne. Un type pareil ne peut avoir tort.

    PHILIPPE LACOCHE

    «Le Peuple des berges», Robert Giraud, préf. d’Olivier Bailly, Le Dilettante, 128 p.; 12 euros.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le Chat a de la bouteille

    Après Jean-Pierre Coffe, Lidl enrôle un autre bon vivant: le Chat de Philippe Geluck. ...

    Nicolas Poupon ressort son conte à livres ouverts

    KIROUEK de Nicolas Poupon, editions de la Gouttière, 32 pages, 10,50 euros. Parution le ...

    Les portraits gouleyants de Patrick Besson

    Dans « Nouvelle galerie », il dresse les portraits d’un vingtaine de personnalités, artistes, comédiens, académiciens, ...

    Les coups de coeur du marquis…

    Femmes d’esprit et de style Quelle bonne idée! Deux hommes de goûts et de ...

    Mes nuits et mes jours à rebours

    «Que représentait votre père, pour vous?», demande Augustin Trapenard à Emmanuelle Béart. «Un repère», ...

    Des pirates bien d’aujourd’hui

    Black Lord, tome 2: Toxic Warrior, Xavier et Guillaume Dorison (scénario), Jean-Michel Ponzio (dessin). ...