L’éclair au chocolat de Gilbert et la Madeleine de Christian

    De gauche à droite : Patrick Poulain et Christian Lainé, photographes.

     Sur les conseils avisés de Lady Lys, je me suis rendu, il y a quelques jours, à la soirée de présentation de la saison2012-2013 de la Maison de la culture d’Amiens, moi qui, jusqu’ici, n’y allais jamais. C’est bien de changer; on a l’impression de rajeunir, alors qu’inexorablement, on vieillit et on se ride comme une vieille gousse d’ail. C’est affreux! (Tu sais, lectrice, ne te fies pas à la photographie qui illustre avantageusement cette chronique; tu serais déçue. Je suis plus grisonnant que Jean-Pierre Raffarin et ce ne sont plus des poches que j’ai sous les yeux mais des caniveaux.) C’est drôle une présentation de saison. Gilbert Fillinger arrive au micro comme un chanteur de rock (entre un Joe Jackson plus en chair et un Paul Simon amaigri).On sent qu’il a le trac. Va-t-il chanter? Moi qui ai eu le privilège de partager sa table, je sais qu’en matière de rock, il en connaît un rayon. Il avoue qu’il a bien le trac, que pour tenter de combattre celui-ci, il s’est avalé un éclair au chocolat. Mais, déception: il ne chante pas. Il annonce. De belles choses. Moi, subjectif comme un Léon Daudet, je retiens Camille (parce qu’elle est jolie), Bedos (car c’est sa tournée d’adieu), un marathon Musil de plus 6heures (car je n’ai jamais compris grand-chose à Musil), Souchon (car il m’a dit un jour qu’il avait de la famille à Amiens) et Benjamin Biolay (car il est assez jeune et qu’en 2013 je me suis promis de tenter d’aimer les jeunes). Dans un autre registre, j’ai été ravi d’entendre, au piano, l’excellent Richard Sanderson (l’interprète de la sublime musique du film La Boum) interpréter le meilleur du rock des seventies, dans un salon très privé du boulevard Pereire, à Paris. Cela se passait dans l’ancien hôtel particulier de Jean-Pierre Foucault, et j’ai rarement vu lieu aussi magnifique au cœur de la capitale. Enfin, à la galerie la Dodane, à Amiens, j’ai bien aimé l’exposition des photographes Patrick Poulain et Christian Lainé. Le premier est assez facétieux pour truffer ses œuvres de gags divers (on voit apparaître Albert Jacquard, l’abbé Pierre, Augustin Legrand, Charlie Chaplin, Michel Simon, etc.) dans des lieux picards improbables. Le second s’intéresse de près au cimetière de la Madeleine qu’il shoote sous toutes les coutures. Un homme qui va, ainsi, flairer le ventre de la mort ne peut pas être totalement mauvais.

    Dimanche 24 juin 2012.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    • marianne maury Kaufmann

      merci Philou. C’est bon de te lire. Dommage pour lundi. J’ai lu le Fig, une fois n’est pas coutume. C’est bien parce que c’était toi.

      • Lacoche

        C’est adorable, chère Marianne. Bisous. Ph.L.

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    More au champ d’honneur d’un automne trop doux

      Avec un prénom pareil, comment ne pas courir vers Côté jardin, le bar-restaurant ...

    Bill Wyman : « Nous jouons par amour »

    Le bassiste historique des Rolling Stones qui mène aujourd’hui une intéressante carrière solo, sera ...

    Boucq monte au front sur le Chemin des Dames

    Ce dimanche aura lieu la cérémonie officielle du centenaire de l’offensive du Chemin des ...

    Jeux concours Quintessence

    Gagnez 40 places pour “Quintessence” le spectacle équestre  d’Alexis Gruss au Zénith d’Amiens le Mardi ...

    Mortelle humanité

    LA BELLE MORT, Mathieu Bablet, ed.Ankama, 144 pages, 17,90 €. Dans ce monde post-apocalyptique, ...

    “Junior” en Personne à Amiens ce samedi

    Son nom est J.Personne et il pourrait bien devenir quelqu’un dans le monde du ...