Les grands livres de Berthet

    Frédéric Berthet.

     Mort rongé par l’alcool à 49 ans en 2003, Frédéric Berthet, considéré comme le plus doué de sa génération, voulait écrire son grand livre. Il en écrivit plusieurs.

     « Il avait une aura fascinante, de par ses fréquentations prestigieuses: Barthes, Sollers, Julia Kristeva… Mais surtout, il était extrêmement drôle.» C’est en ces termes que Pierre Bayard, professeur de littérature française à l’université de Paris VIII et psychanalyste, évoque son camarade de promotion à Normal sup, Frédéric Berthet. Drôle: nul doute qu’il devait l’être dans la vie, Berthet. Il l’est si souvent dans ses livres. Doué, «le plus doué de sa génération», disait Sollers à son propos, cela ne fait pas non plus l’ombre d’un doute. Il était non seulement titulaire d’un plume singulière, étonnante, mais aussi et surtout d’un esprit vif et d’une intelligence à fleur de peau qui a fini, certainement, par lui jouer des tours. On sait tous qu’il ne faut pas être trop intelligent pour vivre vieux. Un peu oui, peut servir. Trop ouvre l’écluse des eaux glacées de la lucidité qui finissent par vous noyer. Hydrocution par angoisse. Ce fut le cas de Frédéric Berthet, mort à 49 ans, en 2003, rongé par l’alcool, le désespoir et divers abus.Il était pourtant pressenti comme un grand espoir littéraire de sa génération. Il passa à l’acte, certes, nous donnant à lire d’adorables livres, vifs, pétillants, intelligents, des mots drivés à la hussarde, des coupes à la Morand, des sprints à la Fitzgerald. Daimler s’en va, petit livre hilarant, fera son succès. Mais est-ce suffisant pour Berthet qui place la barre très haut: il veut écrire un grand livre. «Et s’en aller», dit-il. On écrit souvent ses grands livres sans s’en rendre compte. Ce n’est pas à nous d’en décider. Frédéric Berthet quittera le Lyon de son enfance, brillera à Paris, sortira beaucoup, boira tout autant, se mariera avec un mannequin, récoltera le prix Roger-Nimier en1989, deviendra secrétaire d’Edgar Faure, vendra peu de livres, s’isolera en province. Notamment dans le Berry. C’est de là qu’il écrit le succulent petit livre de chroniques qui nous préoccupe: Paris-Berry. Il y parle de travail, d’un four à pain, de ses rêves, de Blondin, de ses copains Patrick Besson et Éric Neuhoff, d’une jeune héritière qui vient lui rendre visite dans sa lointaine campagne. Et, cerise sur le gâteau, Berthet pêche à la ligne et traque, comme pas deux, le carnassier. On sait tous, en Picardie, qu’un homme qui pêche ne peut être totalement mauvais. Frédéric Berthet était, en tout cas, un excellent écrivain. On eût envie de le connaître et de trinquer avec lui. Il est trop tard; il est souvent trop tard dans la vie.

    PHILIPPE LACOCHE

    «Paris-Berry», Frédéric Berthet, La Table Ronde, coll. La Petite Vermillon (poche). 108 p.; 5,90 euros.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    “Vingt quatre-heures pour convaincre une femme” dans la sélection du Prix Jean Freustié 2015 sous l’égide de la Fondation de France

    Frédéric Vitoux, de l’Académie française et Président du jury, Charles Dantzig, Jean-Claude Fasquelle, Annick ...

    De quoi tourner Kazakh

    YERZHAN, t.1: fugitifs, de Régis Hautière et Efa, ed. Delcourt, 48 pages, 13,50 euros. ...

    La page 112 des Liaisons dangereuses

          Le Prix de la page 112 est une distinction littéraire qui ...

    Benoîte et Catel Prix Artémisia 2014

    Ainsi soient elles ! Catel, pour son travail sur Benoîte Groult, a été, assez ...

    Le cirque Modiano et sa fin ratée

    « Encre sympathique » ne manque pas de charme mais on est loin de la puissance ...

    Un “Charlie hebdo” spécial pour commémorer le 7 janvier

    A la veille du premier anniversaire de l’attentat du 7 janvier, Charlie Hebdo va sortir ...