L’ultimatum d’Alter Ego, la théorie des jumeaux vitaux

     

    Un thriller futuriste époustouflant : la théorie des Alter Ego

    Alter Ego, L’Ultimatum, septième tome de la série et fin de saison 1. Par Reynès au dessin, Lapière et Renders au scénario. 64 pages, 12 euros.

    Les six premiers albums se lisent dans le désordre et nous avaient déjà beaucoup plu. Avec Camille, Fouad, Noah, Park, Jonas et Darius, on comprenait cette fameuse théorie des Alter Ego, racontée par la savante Suzanne Rochant. Difficile de résumer ce qu’il faut six albums haletants pour l’expliquer. En gros, chacun d’entre nous est lié par une force vitale à un ou plusieurs Aler Ego dans le monde. Imaginez les conclusions qu’on peut en tirer ! Et les bénéfices, si on propose aux grands de ce monde de les protéger en… protégeant contre leur gré leurs propres Alter Ego. Eh oui, car si l’un d’eux va mal, tous les “jumeaux” vont mal.

    Mais imaginez ensuite que les grands de ce monde aient des idées tordues – ça arrive. Et qu’ils décident de repérer les Alter Ego de leurs ennemis, pour s’en prendre indirectement à eux… Le monde entier se retrouve entre les mains de quelques-uns, sous contrôle.

    Ce septième tome est, logiquement, la réunion des différents protagonistes au moment clé où Camille va révéler de manière fracassante ce que sa mère Suzanne a découvert avant d’être assassinée. Palpitant mais… frustrant. Car comme dans les bons scénarios qui n’en finissent jamais, cet ultima-tome n’est que la porte d’entrée d’une saison 2 qu’on attend avec impatience !

    Les personnages se retrouvent, mais ce n'est pas la fin...
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Michèle Torr a bien raison de chanter

        Sa voix enchante. Sa passion reste intacte. Elle est toujours aussi jolie. ...

    Harmony désaccordée

    Harmony, tome 1: memento, Mathieu Reynès. Editions Dupuis, 56 pages, 12 euros. Scénariste (La ...

    Faux départs mais bonne arrivée pour Cédric

    Cédric, t.28: faux départs, Cauvin (scénario), Laudec (dessin). Editions Dupuis, 48 pages, 10,60 euros. ...

    Le Chet Baker du rock’n’roll

                                                             Fabrice Gaignault propose une plongée dans l’univers de Vince Taylor, rocker mythique, entre ...

    Les paradoxes de l’amour, entre lesbien et le mal

    The infinite Loop, tome 1: l’éveil, Pierrick Colinet (scénario), Elsa Charretier (dessin). Editions Glénat ...

    “Grand prix” en mérite un !

    Grand prix, tome 3 : Adieu, Marvano, éditions Dargaud, 56 pages, 13,99 €. Le triptyque ...