Lutter contre la fin du monde,un jeu d’enfants

    Les Chronokids contre la fin du monde, Zep, Stan & Vince, éditions Glénat, coll. Tchô, 48 pages, 10,45 euros.

    Les deux jeunes héros des chrono-kids sont confrontés, eux aussi, à la fin du monde. Et si le 21 décembre 2012 n’arrive pas assez tôt pour supprimer le test de piscine de Marvin, il a déjà provoqué une catastrophe majeure : l’annulation du spectacle de danse ou Adèle rêvait de se voir portée, et emportée par le beau Romuald. De quoi justifier d’en savoir un peu plus sur ces empêcheurs de danser en rond. Avec leur téléphone portable temporel, les deux enfants vont donc aller à Salon-de-Provence, en 1551, pour voir Nostradamus… premier surpris de l’impact de sa prophétie, lui qui appréciait plutôt le succès de ses ouvrages sur les confitures…

    Le diagnostic d’Adèle tombe vite: “c’est juste un cuisinier naze qui essaie de faire de la pub cryptée“. Après ce premier échec, direction l’Amérique du VIIIe siècle et l’empire maya. Là, au milieu d’indiens assoiffés de sacrifices humains, ils se feront un copain Qû (au nom trouvé surtout pour justifier un gag à base de… papier, forcément) et joueront, malencontreusement un rôle dans le calendrier maya.

    Cette première aventure longue des Chronokids s’essouffle un peu sur la longueur, justement – notamment dans sa partie sud-américaine. Mais la vivacité des dialogues de Zep, le dessin bourré de détails rigolo de Stan et Vince et la bonne humeur générale tiennent, eux, bien la route, jusqu’à la fin… de l’aventure à défaut de celle du monde.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Avec la nouvelle génération l’enchantement perdure

    Le grand mort, tome 3 : Blanche, de Régis Loisel, Jean-Blaise Djian, Vincent Mallié, ...

    La BD à la Une du “journal du centenaire” du Courrier picard

    Le deuxième numéro du “journal du centenaire 14-18” du Courrier picard, ce mardi 20 ...

    La sémantique c’est fantastique avec James

    La sémantique, c’est élastique, James. Editions Delcourt, coll. Pataquès, 112 pages, 13,95 euros. La ...

    L’horreur est humaine en Gévaudan

    La Malbête, tome 1: Monsieur Antoine en Gévaudan, Aurélien Ducoudray (scénario), Hamo (dessin). Editions ...

    Georges Mandard, poète, ne sera jamais charcutier

    L’excellent Gérard Pussey propose un petit livre hilarant et très réussi, constitué de saynètes ...

    Un super-bouquin sur les héros de DC Comics

    DC Comics anthologie, collectif, éditions Urban Comics, 288 pages, 22,50 euros. Une quinzaine de ...