Les folies Bergère, Zidrou, Francis Porcel, éditions Dargaud, 96 pages, 16,45 euros.

    Autre parution d’actualité sur la guerre de 14-18. Au réalisme britannique évoqué voilà peu dans la Grande guerre de Charlie, fait place ici une forme de surréalisme hispanico-belge, sombre et émouvant. La couverture, macabre, et le prologue, en deux planches inquiétantes, avec sa statue de poilu d’un monument aux morts qui reprend vie pour avertir les générations futures, donne le ton…
    Puis la plongée est directe au coeur du conflit, dans un lieu indéterminé du front. Afin de conjurer la mort et la peur, la 17e compagnie d’infanterie a dénommé sa tranchée les “Folies Bergère”, se promettant de se retrouver, après la guerre, dans le célèbre cabaret parisien.

    [youtube]http://youtu.be/pua1sckOhcE[/youtube]

    En attendant, la folie ne manque pas non plus de planer : un soldat fusillé pour l’exemple survit à plusieurs exécutions successives, voyant les plaies devenir comme autant de stigmates ; une petite fille apparaît au milieu du no man’s land ; puis une fleur poussée sur les charniers va inciter un soldat à prendre un risque insensé… Chaque poilu se rattache à une image du passé pour résister, une femme, une fille, l’amour de Dieu pour l’aumônier monté en première ligne retrouver un ami d’enfance, devenu capitaine de la compagnie.
    Mêlant la vie au front et donnant de l’épaisseur à ses personnages par petites touches, cet album livre un récit fort, moins sur le conflit que sur ceux qui sont contraints de la faire.

    Quelques mois après une incursion réussie dans le récit sombre, Zidrou (l’auteur illustre de l’élève Ducobu), récidive dans un nouveau one-shot implacable. Un scénario fait à la demande du dessinateur andalou Francis Porcel – comme il l’explique notamment ici – qui en tire également bien profit. Avec son dessin réaliste (“réaliste fantastique”), en noir et blanc, aux tons grisâtres rehaussé de touches de couleurs, il donne à voir une vision fantasmagorique de la guerre.  L’absurdité de celle-ci suinte de fait de partout dans cet album. Et la dimension fantastique qui le nimbe en rend l’histoire paradoxalement encore plus réaliste.
    S’il ne recherche pas l’exactitude historique comme Tardi, ces Folies Bergère ont bien leur place à ses côtés, parmi les bandes dessinées marquantes prenant pour cadre la Première guerre mondiale.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le hip-hop, toute une histoire !

    Hip-hop family tree, volume 1 : 1970s-1981, Ed Piskor. Éditions Papa Guédé, 112 pages, ...

    Une cybercomédie à la française plus vraie que nature

    Cyberfatale, tome 1: si ça sort, on est morts, Cépanou (scénario), Clément Oubrerie (dessin). ...

    Erotisme: le gothique revu et magnifié par Crepax

    Dr. Jekyll et Mr. Hyde d’après Robert L.Stevenson (suivi de Le Tour d’écrou d’après ...

    Les Lulus au bout de leur guerre

    La Guerre des Lulus, tome 5: Le der des ders, Hautière (scénario), Hardoc (dessin), ...

    Astérix chez les gendarmes

    L’arrivée du nouvel Astérix inspire même la gendarmerie nationale, à Angoulême. Avec plus ou ...

    Un Océan d’amour pour la Fnac

    Pour sa troisième édition, la Fnac vient de décerner ce soir son prix de ...