Michel et Jean ou le pari de deux copains ados

         Ils se sont connus sur les courses cyclistes ; ils avaient 16 ans. Ils avaient promis de faire un duo de chanteurs à la retraite. Pari tenu !

         Ils l’avaient rêvé ; ils l’ont fait. « Ils » : l’accordéoniste Michel Pruvot, le célèbre Picard, et Jean Réveillon, le tout aussi célèbre journaliste du Nord. Leur disque, Oh toi l’amour de ma vie (Disc‘Ambiance-Dist. So

    Deux copains : Jean Réveillon (à gauche) et Michel Pruvot.
    Deux copains : Jean Réveillon (à gauche) et Michel Pruvot.

    ny Music) est un peu le symbole de nos deux régions fraîchement réunies : la Picardie et le Pas-de-Calais. Un coup de pub ? Une opération d’opportunistes ? Point. Et c’est le moins qu’on puisse dire puisque l’idée de leur duo, à Michel et à Jean, elle remonte à loin. A l’adolescence. « Nous nous sommes connus grâce au vélo », explique Jean Réveillon, ex-directeur de France Télévision. J’étais le neveu de la dame qui tenait la salle de jeux sur la plage du Crotoy ; je venais ; j’avais huit ans. On participait à la Fête des fleurs avec Henri Doidy. Déjà, à l’époque; on a dû se croiser dans les rues du Crotoy. »  En fait, ils se rencontreront vraiment quelques années plus tard. Ils ont 16 ans, s’affrontent lors des courses cyclistes amateurs. Michel porte les couleurs du VC Ponthieu, de Sailly-Flibeaucourt, dans la Somme ; Jean, celle du Cyclo club de Lillers, dans le Pas-de-Calais. « On se bagarrait sur les routes avec Alain Vasseur. Et on voyait débarquer un grand gaillard en maillot noir et blanc qui grimpait les bosses comme un chamois et qui était bon au sprint. Il nous mettait la pâtée. C’était Michel Pruvot. Et quand j’ai appris qu’avant de courir dans le Nord, il avait fait bal la nuit avec son père jusqu’à 3 heures du matin, j’ai dit bravo ! »

         Ils font donc connaissance. En 1965, ils sont qualifiés pour le Premier Pas Dunlop ; ils se rendent à bord de la 2 CV de papa Pruvot jusqu’à Montpellier. C’est à ce moment-là qu’ils se promettent de former un duo de chanteurs dès que la retraite aura sonné. Car, même s’il a décidé de faire carrière dans le journalisme, Jean rêve de chanter.

         Les années ont passé ; ils sont restés amis. Et ils ont tenu parole. Leur disque comprend dix morceaux, adaptation de schlagers, variété qui fait un tabac en Allemagne en Autriche et en Scandinavie. Mélodies entêtantes, populaires et entraînantes, Jean et Michel ont été séduits par ce style. Ca leur réussit plutôt bien puisque ces dix tubes, composés par des auteurs-compositeurs allemands et autrichiens (un duo de frères, Die Amigos, qui chantent depuis trente ans et effectuent 300 galas par an en Allemagne, en Autriche, en Croatie et dans les Pays de l’Est) sonnent agréablement. Lors de leur premier gala, à Abbeville, il y a quelques semaines, Michel et Jean ont attiré quelque 700 personnes. Pas mal pour un pari d’adolescence ! Et Michel a même troqué son sacré accordéon pour sa guitare. Comme quand il jouait avec son groupe de rhythm’n’blues dans le Ponthieu, le Vimeu et le Marquenterre, au cœur des seventies.

                                        PHILIPPE LACOCHE

    Oh toi l’amour de ma vie, Michel et Jean. Disc’Ambiance-Dist. Sony Music.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Robert Charlebois, Valère, Pierre et quelques autres

    Robert Charlebois et ma pomme, au Drouant, lors du cocktail du lancement du Prix ...

    Chronique d’une liquidation pas si ordinaire

    Johnson m’a tuer, Louis Theillier, éditions Futuropolis, 96 pages, 18 euros. Avant, les conflits ...

    page blanche…

    La montagne, ça vous gagne (surtout dessinée ainsi, par Cosey, dans A la recherche ...

    Précision

    De : Guriec Gwenal xxxxxxl@yapucca.com> Sujet : Monsieur Roux Corps du message : Bonjour, ...

    Le marquis et ses coups de coeurs pour le Picardie Mouv

    Oui, lectrice adorée, que veux-tu que j’y fasse; il faut que je me mêle ...