Notre espoir l’Amérique

    notre-amerique-t1_couvNotre Amérique, premier mouvement : quitter l’hiver, Kris (scénario), Maël (dessin). Editions Futuropolis, 64 pages, 16 euros.

    12 novembre 1918. La Guerre s’arrête en France et en Europe, mais l’effervescence notamment révolutionnaire, enclenchée par le premier conflit mondial continue. Notamment pour Max Brunner, Alsacien enrôlé dans l’armée allemande et qui, à peine démobilisé, cherche à rejoindre ses camarades à Paris. Le hasard va lui faire croiser Julien, jeune soldat français ramenant une voiture de l’Etat-Major dans la capitale. Une rencontre fortuite qui va influer sur leur destin. Et embarquer le jeune Français dans le sillage révolutionnaire de son ami. Détournant un cargo allemand capturé par les Français afin d’aller soutenir les Spartakistes à Berlin, ils vont se retrouver finalement au coeur de la révolution mexicaine, à cause d’une passagère clandestine qui ne s’en laisse pas compter. Début d’une grande aventure…

    790494_05Le choix d’évoquer un “premier mouvement” plutôt qu’un plus classique “tome 1” n’est pas anodin. Tout comme l’était la mention de la “complainte” qui accompagnait chaque album de Notre Mère la Guerre, dont Notre Amérique s’inscrit comme un prolongement plus qu’une suite. Car c’est bien le souffle de la grande aventure qui pousse les héros et les met en mouvement, du début à la fin de cet album.

    Après leur superbe saga crépusculaire sur l’hiver du vieux monde, au coeur de la Première Guerre mondiale, Maël et Kris font naître une atmosphère plus solaire, portée par l’espoir du changement à venir dans le “nouveau monde”. Avec une frénésie désordonnée qui sied bien aux anarchistes de la bande à Max Brunner et une ambiance qui, dans sa seconde partie, rappelle Il était une fois la Révolution de Sergio Leone.

    Narrativement, en une soixantaine de pages, ce premier tome pose fort bien les bases de son histoire et parvient habilement à relier ses trois personnages centraux (du moins tels que Julien, Max et Tina apparaissent l’être pour l’instant), sans sacrifier à un récit déjà épique et dense. Quant au dessin de Maël, son pinceau est toujours aussi précis et virtuose. Dans des tonalités plus lumineuses, mais dans le même esprit que pour la saga précédente.

    Kris et Maël continuent en tout cas à se saisir de l’âme du début du XXe siècle de belle et enthousiasmante manière. Alors, Andale !

    notre-amerique_t1_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Zep au musée de Lille et dans le Courrier picard

    Le Courrier picard met l’accent, décidément, ce 2 avril, sur les auteurs de bande ...

    Une Saga toujours aussi space

    Saga, tome 2, Brian K.Vaughan (scénario), Fiona Staples (dessin), éditions Urban Comics, 152 pages, ...

    Des elfes noirs trop obscurs

    Elfes, tome 5 : la dynastie des elfes noirs, Marc Hadrien (scénario), Ma Yi ...

    Le Tournesol prospère sur la terre de Martin Veyron

    Martin Veyron est reparti d’Angoulême lesté d’un autre prix cette année. Honoré du “prix ...

    Il n’y a pas loin du Capitole au Super U

    Pendant des années – la grande majorité de sa vie – Pierre, 60 ans, ...