Ouf, on peut encore rire de tout !

    Un sondage, commandité par la LICRA affirme que 71 % des Français pensent qu’il faut rire de tout.

    resize
    Une question que posait déjà Cabu, en 2012 dans ce recueil paru au Cherche-Midi.

    De quoi remonter – un peu – le moral à Riss, directeur de Charlie hebdo, de nouveau attaqué pour son dessin de Nadine Morano en fille trisomique du général de Gaulle (dessin qui, pour le coup, m’apparaît d’ailleurs moins bon que son dessin en Der, avec la même Nadine Morano en présidente fan du Ku Klux Klan en référence à Naissance d’une nation, mais ce n’est pas le sujet)?

    Un sondage, rendu public aujourd’hui et commandité par la LICRA, conclut au fait que près de trois quarts des Français jugent qu’il faut encore pouvoir rire de tout, au nom de la liberté d’expression. Un résultat donc plutôt rassurant sur l’état de l’opinion, mais néanmoins contrasté…

    On peut rire de tout…

    Comme le souligne Alain Jakubowicz, président de l’association antiraciste: « Cette enquête montre que les Français sont beaucoup moins frileux qu’on veut parfois le laisser entendre. L’humour questionne et flirte avec les limites par définition. Il permet de rire ensemble de nos différences. La proportion de français mal à l’aise au sujet de l’humour semble ici très infime ; nous sommes toujours la patrie de Coluche, Desproges et Thierry le Luron – et c’est heureux ! »

    … Mais c’est plus dur qu’avant

    Néanmoins, si l’on peut rire de tout… c’est aujourd’hui plus difficile de s’y exercer pour 62% des sondés, qui estiment qu’on ne peut plus le faire, en raison de “la montée du politiquement correct” et “le refus des pensées discordantes” (17%), de la “conjoncture actuelle” (14%) ou de “l’augmentation des sujets tabous” (12%).

    … Surtout avec les “communautés” religieuses

    Quant aux thématiques dont il faut pouvoir rire, 94 % des Français mettent en avant la politique, contre 86 % qui citent “les communautés”. Et, sur ce point, une petite majorité (52%) pense que l’on peut en rire, mais “en prenant des précautions pour ne pas blesser les gens“). Et une forte majorité (86 %) estime que l’on ne peut, en effet, pas rire de toutes les communautés de la même manière aujourd’hui. Première pointée: la “communauté musulmane” (77 %) puis la “communauté juive” (43 %). Une retenue à leur égard que les personnes interrogées expliquent par un “manque d’humour, une susceptibilité, un manque d’ouverture d’esprit de ces communautés” (36 %), ou par le risque d’être “mal vu, accusé de racisme” ou de tomber sous le coup de la loi. 30 % pensent également qu’il y a un “risque de réactions disproportionnées ou violentes, de fanatisme“.

    … mais pas de quoi porter plainte quand même

    Et s’agissant des poursuites en justice, seul un Français sur deux trouve “normal” que des procès soient faits à des “personnes faisant de l’humour sur les communautés ou les religions quand il s’agit de propos jugés racistes et encourageant la haine“.
    Ironie de la chose, on peut rappeler quand même que la LICRA s’était portée elle-même partie civile contre Siné, lorsque ce dernier avait été accusé d’antisémitisme par le directeur d’alors de Charlie Hebdo, Philippe Val (accusation dont le dessinateur a ensuite été totalement blanchi).

    Ce sondage paraît alors que la LICRA tient ce week-end ses universités au Havre, sur le thème “faites l’humour pas la haine”, avec notamment parmi les intervenants le (très bon) dessinateur du Parisien Ranson et la journaliste de Charlie hebdo Zineb Zineb el Rhazoui, qui débattront ce samedi du “pouvoir de la caricature”.

    Affiche-UA-Licra2015
    Et un bon dessin de Ranson pour l’affiche.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La Guerre d’Algérie racontée dans toutes ses dimensions

    Histoire dessinée de la Guerre d’Algérie, Benjamin Stora (scénario), Sébastien Vaissant (dessin). Editions Seuil, ...

    Sex & violence et pulsions très humaines

    Sex & violence, Jimmy Palmiotti, Justin Gray (scénario), Jimmy Broxton, Juan Santacruz, Romina Moranelli, ...

    « Houellebecq ne ment jamais. Jamais »

                                      Voilà ce qu’estime Benoît Delépine, rencontré devant une bière fruité consommée à la ...

    Des dictateurs du XXe siècle 2.0 mais pas très nets

    ennemisdavant.com, toutes les grandes figures du XXe siècle enfin sur le Net, Emmanuel Reuzé ...

    Billes en tête

    UN SAC DE BILLES, tome 1/2, de Kris et Vincent Bailly, ed.Futuropolis, 64 pages, ...

    Des Colères toujours bien au présent à Arras

    Le 14e Salon du livre d’expression populaire et de critique social “Colères du présent, ...