Passionnante Niki de Saint-Phale

    Niki saint-phale-couvNiki de Saint-Phale, Le jardin des secrets, Dominique Osuch et Sandrine Martin. Editions Casterman, 180 pages, 22 euros.

    C’est une oeuvre peu commune qui vient d’arriver au rayon BD : La vie de Niki de Saint-Phale, artiste atypique et prolifique, relatée en bande-dessinée pour la première fois. De sa naissance jusqu’à sa mort.
    De prime abord, en le feuilletant négligemment, ce copieux album ne semble guère être attractif malgré sa couverture éclatante. Les dessins ont l’air maladroit et grossier. Mais ces impressions s’envolent dès les premières pages. Le dessin est finalement beaucoup plus intelligent qu’il n’y parait, avec de bonnes idées judicieuses et pertinentes. Et par ailleurs, l’histoire de cette femme et la manière dont elle est narrée sont passionnantes…

    Catherine Marie-Agnès de Saint-Phalle est née en 1930 dans une famille aristocratique au sein de laquelle l’amour n’est pas roi. Ses parents la délaissent. Très jeune, des présences imaginaires l’accompagnent et colorent son morne quotidien. Elle décide aussi qu’on l’appellerait désormais Niki.

    Niki-de-Saint-Phalle-caseSon père ne s’intéressera à elle que lorsqu’elle aura 11 ans. Age auquel il la viole. Acte qu’elle confiera sans ambages dans un livre intitulé Mon Secret en 1994. «  Chaque été, mes ­parents louaient une maison à la campagne, à quelques heures de New York. Chez nous, la morale était partout  : écrasante comme la canicule. Ce même été, mon père – il avait 35 ans – glisse sa main dans ma culotte, comme ces hommes infâmes, dans les cinémas, qui guettent les petites filles. J’avais 11 ans et l’air d’en avoir 13. […] Il y eut plusieurs scènes de ce genre. » Cette révélation a bien sûr fait beaucoup de bruit mais également expliqué beaucoup dans l’oeuvre de l’artiste.

    Le Jardin des secrets parle aussi de la relation de Niki de Saint-Phalle avec sa mère, ses amours, ses crises d’angoisses et la manière dont l’art l’a toujours sauvée. “De la folie. De la violence. D’elle-même.” Mais aussi sa conviction que l’art pouvait sauver le monde.

    Toute sa vie, elle n’a eu de cesse de créer et de tout faire pour que ses oeuvres soient visibles de tous au lieu de dormir dans des musées. Sculptures, jardins extraordinaires, le tout avec ses couleurs explosives, ont fleuris aux quatre coins de la planète. Comme sa fontaine, à côté du centre Beaubourg, pour ne citer qu’elle.  A la fin de sa carrière, ses projets étaient soutenus par François Mitterrand, ce président de la République conscient de la nécessité de l’art pour la civilisation. C’était une autre époque…
    Le Jardin des secrets est un livre passionnant mais également une belle entrée en matière avant d’aller apprécier les oeuvres de cette artiste qui ne s’est jamais autocensurée par peur de choquer.

    Depuis septembre et jusqu’au 2 février 2015, une vaste exposition est visible dans les Galeries nationales du Grand Palais, entrée Champs Elysées.

    Par Gaëlle Martin

    niki_de_saint_phalle-planche

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Valérian vu par Lauffray et Lupano, tout sauf Terre à terre !

    Shingouzlooz Inc., Wilfrid Lupano (scénario), Mathieu Lauffray (dessin). Editions Dargaud, 56 pages, 13,99 euros. ...

    Etats d’âmes sensibles de Pedrosa

    Les équinoxes, Cyril Pedrosa. Editions Dupuis, Coll. Aire libre, 336 pages, 35 euros. Après ...

    King Kong, roi de Manhattan

     The Kong Crew, tome 1 : Manhattan Jungle, Éric Hérenguel. Editions Ankama, 72 pages, 15,90 ...

    Philippine Lomar en pleine histoire d’eau polluée

    Philippine Lomar, tome 3: poison dans l’eau, Dominique Zay (scénario), Greg Blondin (dessin). Editions ...

    Une histoire de Khazars et de destin

    Le vent des Khazars, Marek Halter, Makyo, Federico Nardo, éditions Glénat, 72 pages, 14,95 ...

    Noë en attendant le déluge

    Noé, tome 2: Tout ce qui rampe, Darren Aronofsky, Ari Handel, Niko Henrichon, éditions ...