Perico taille sa route, sanglante

    Perico-t2-couvPérico, tome 2, Régis Hautière (scénario), Philippe Berthet (dessin). Editions Dargaud, 64 pages, 14,99 euros.

    Si le premier tome était essentiellement cubain et havanais, ce deuxième volet taille la route. Un road-movies américain, dans la grande tradition, de Miami à Los Angeles.

    Ayant réussi à s’enfuir de Cuba en pleine effervescence pré-révolutionnaire en cette année 1958, pour échapper à la mafia, Joaquin le jeune serveur et Livia, la belle promise au dictateur Batista, ont atterri à Miami avec la ferme intention d’aller jusqu’à Hollywood, où Livia veut réussir une carrière d’actrice. Ensemble par intérêt, pour Livia, et par un amour guère partagé pour Joaquin. Mais le trajet sera long et dangereux, par le Texas et le long de la mythique route 66, entre petites frappes, bikers et hommes du mafioso Traficante, bien décidé à venger son honneur et à récupérer la valise de billets que Joaquin lui a dérobé. Et la mafia a de la ressource…

    Le premier volet de cette aventure américaine reflétait l’exotisme et la torpeur tropicale. Cette deuxième partie, elle, est plus énergique, noire et sanglante. Elle garde tout à fait la ligne (noire), du nom de cette nouvelle collection « polar » chez Dargaud ; collection créée pour Philippe Berthet et inauguré avec Perico. La plongée dans l’Amérique mythique de la fin des fifties s’opère, dans l’ambiance nostalgique dans laquelle excelle Philippe Berthet, avec ces drive-in, des belles américaines (comme la Buick Century, vedette de l’expo consacrée à l’album à la galerie Champaka). Le récit entremêle héros de fictions et personnages historiques, comme le syndicaliste Jimmy Hoffa). Le scénario de Régis Hautière ne laisse pas de répit à l’histoire, conçue comme un vrai voyage vers la mort. Et le final, flamboyant et amer, est à la hauteur des grands romans noirs de l’époque.
    Un petit mot, enfin, pour saluer la qualité graphique de la couverture, sobre et belle, classe et faisant un élégant clin d’oeil à la “série noire”.

    Perico-t2-planche

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    “Quand j’écris un scénario, je considère le dessin comme des mots”

    Avant de participer aux Bulles du lundi, ce lundi 5 décembre au soir, à ...

    Sur le sentier de l’après-guerre

    Le sentier des reines, Anthony Pastor. Editions Casterman, 128 pages, 20 euros. 1920, au ...

    Tricoter avec Emile, c’est cool !

    Emile invite une copine, Vincent Cuvellier, Ronan Badel. Editions Gallimard Jeunesse, 28 pages, 6 ...

    Charlie hebdo : revendications, expo et Catharsis

    Trois mois après l’attentat qui a décimé l’équipe, Charlie hebdo fait toujours parler de ...

    Plongée au coeur de l’égoïsme néolibéral

    L’ère de l’égoïsme, comment le néolibéralisme l’a emporté, Daryl Cunningham. Editions ça et Là, ...

    Fastefoode, quand le mauvais goût est bon

    Fastefoode, Jorge Bernstein (scénario), Pluttark (dessin). Editions Fluide glacial, 48 pages, 12 euros. Les ...