Schuiten en héritage

    On savait déjà que François Schuiten était un grand auteur. On sait maintenant que c’est aussi un grand bonhomme.

    Schuiten a trouvé une élégante manière de règler les problèmes de préservation de son oeuvre (ici, détail de la couverture de "l'Archiviste", un des albums de la série des Cités obscures)

    Alors que la consécration – relative – de la bande dessinée comme “art” se traduit aussi par des délires artistico-financiers sur les ventes de dessins et planches, l’auteur des Cités obscures, geste rare, a décidé de confier 80 % de ses oeuvres à diverses institutions publiques, dont la bibliothèque nationale de France. 1500 planches et illustrations vont donc venir enrichir les fonds, notamment de la Bibliothèque nationale de France, de la fondation Roi-Baudoin, de la maison Autrique à Bruxelles (qu’il a participé à sauvegarder), le musée de la BD d’angoulême, le centre de l’image de La Louvière et le Centre belge de la bande dessinée.

    “Tout n’est pas achetable”

    S’interrogeant sur le devenir de ses oeuvres après sa mort, il a fait ce choix pour éviter une dispersion – qui aurait, paradoxalement, été inéluctable si ses 4 enfants avaient voulu même conserver le travail paternel, compte tenu des droits de succession.

    François Schuiten

    C’est aussi, comme il s’en explique à Frédéric Potet, dans le Monde du vendredi 5 avril, “un bras d’honneur aux marchands“, galeries d’art et salles des ventes : “Il est important de dire que tout n’est pas achetable dans la vie » et de souligner que “ce sont les lecteurs, la société” qui lui ont permis le privilège de pouvoir vivre de ce métier, “il est normal que cela leur revienne“. Une saine approche qui devrait avoir tout de l’évidence, mais qui tranche à une époque minée par l’individualisme et la recherche effrénée de l’enrichissement personnel. Et une manière aussi, d’éviter les problèmes de successions. Ses enfants, en tout cas, toujours à lire l’article du Monde, ont bien compris le projet : “Ma chance est qu’ils ne sont pas intéressés par l’argent. Je suis très fier de cela“. De quoi mériter un double coup de chapeau, pour son geste désintéressé et l’éducation parentale !

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Mort d’un poète saint-quentinois et prolétarien

    RIP. Un poète prolétarien qui meurt, c’est la social-démocratie molle, la fausse gauche et ...

    Charles de Gaulle appelé par l’Histoire de France

    Charles de Gaulle, épisode 2: 139-1940, l’homme qui a dit non, Jean-Yves Le Naour ...

    Un triple Burger qui laisse sur sa faim

    LORD OF BURGER, t.3 : Cook and Fight, d’Arleston, Alwett, Daniela Vetro, Alessandro Barbucci, ...

    Noob, une série qui joue bien le jeu

    Noob, tome 5: la coupe de fluxball, de Fournier et Cardona, éditions Soleil, 48 ...

    Bande photographiée

    14 des 18 auteurs de l’album collectif La Crise, quelle crise ? sont à ...

    Ex Nihilo : autant en emporte le temps

    Ex nihilo, Jean-François Kierzkowski (scénario), Stéphane Douay (dessin). Editions Pirates, 64 pages, 18 euros. ...