“Seuls” réussit plutôt bien l’épreuve du passage de la page à l’écran

    De gauche à droite: Dodji, Leïla (mise en avant aussi dans le film), Camille, Terry et Yvan, en chair et en os.

    Seuls, la série-phare de Fabien Vehlmann et Bruno Gazzotti (aux éditions Dupuis) sera-t-elle désormais aussi Seuls, le film de David Moreau ? Transposée sur grand écran avec des acteurs plus vieux que les personnages de bande dessinée et avec un budget relativement limité, on pouvait craindre le pire. Ou le juste médiocre.

    En fait, il faut admettre qu’on est ressorti de la salle plutôt rassuré. Le réalisateur de The Eye et 20 ans d’écart s’en sort plutôt bien. Si le film n’est pas un chef d’oeuvre – avec notamment un manque de rythme et un aspect trop répétitif – il réussit à passer plutôt bien l’épreuve du grand écran. Et le passage du dessin à l’action réelle…

    Recentré sur le personnage de Leïla et s’inspirant des deux premiers albums, le récit est également compressé et bouscule forcément certains épisodes. Le climax étonnant créé par le surgissement des animaux sauvages, qui plane sur tout le tome 1, a ainsi disparu.  Le film rajoute en revanche un lien temporel entre les cinq enfants en les faisant mourir en même temps (et dans des conditions horribles). Et il conserve quelques séquences-clés, comme le palace Majestic, le cirque délabré et le fameux immeuble qui s’illumine en “S.O.S.” désespéré. Bonne idée encore avec ce brouillard toxique qui enserre Fortville…

    Surtout, et cela pouvait être la crainte principale, il conserve une ambiance sombre, voire des séquences réellement angoissantes (l’arrivée dans l’antre du maître des couteaux, la poursuite dans l’hôtel). Bref, si les acteurs sont passés d’enfants à adolescents (et, globalement, les jeunes acteurs s’en sortent bien), le film, lui, ne verse pas dans les clichés des films d’action pour ados. C’est sans doute son plus grand mérite. L’autre étant qu’il donne envie de se replonger dans les albums.
    Et un succès de cette première transposition sur grand écran pourrait permettre sans doute de poursuivre la collaboration pour les albums suivants. Il y a de la matière en tout cas, avec une série arrivée désormais à 10 tomes et qui devrait en compter encore au moins autant.

    [youtube]http://youtu.be/XkCcFlQpNTs[/youtube]

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    • Malik

      PIRE FILM DE LA TERRE

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Camille me fait chanter

      Elle est talentueuse, singulière, bien allumée. Camille a donné, jeudi soir, un concert ...

    Les Pandas à soutenir du turbo-dessinateur picard Mast

    Précurseur du “turbomédia”, le Saint-quentinois Jean-Louis Reiprich,  plus connu dans le milieu de la ...

    Un bédéphile en vacances ?

    Les vacances ! Elles étaient attendues avec impatience et sont finalement arrivées avec l’espoir ...

    Rencontre du troisième bon type

    Soucoupes, Obion (dessin), Arnaud Le Gouëfflec (scénario). Editions Glénat, 88 pages, 20,50 euros. Heureusement, ...

    Un dimanche après-midi, sur le chemin de halage, à Amiens

     Il y avait longtemps que je ne m’étais pas promené sur le chemin de ...

    “Irmina” toujours sur de bons rails

    Le 4e Prix de la bande dessinée des cheminots – BD sociale et historique ...