Si littéraire, Vincent Delerm…

    Son dernier album, « Les amants parallèles », s’écoute comme les chapitres d’un roman caressé par le vent d’automne. Entre Corbière, Modiano et Delerm père.

    Vincent Delerm, chanteur. mars 2012.

    Comme le cinéma, la chanson française se porte bien. Trois de ses hérauts actuels, hérauts singuliers, viennent d’univers bien différents pour, au final, se rejoindre. Ils chantent l’amour; l’amour à leur manière. Ce sont des subjectifs, des rêveurs, des buveurs de bruine. Alex Beaupain vient de – l’excellente – variété française. Albin de la Simone vient du jazz, un jazz d’antan et doux comme les eaux de L’Hallue, au printemps. Du jazz que lui faisait entendre son père. Un jazz égaré dans les brumes de l’enfance. Vincent Delerm, lui, vient de la littérature. Son dernier album, Les amants parallèles s’écoute comme un livre. Les douze chansons qui le composent s’écoutent ou se lisent comme les chapitres d’un roman. «L’avion s’était finalement posé dans la neige. Il avait tourné dix-huit minutes dans le brouillard et s’était posé dans la neige. Ils se connaissaient à peine. Il s’était promis de ne plus penser à elle une fois au sol. Tout resterait dans l’air», chante-t-il dans «L’Avion», la première chanson de l’album. Tout resterait dans l’air. C’est beau comme du Tristan Corbière. Ou comme du Patrick Modiano. Ou comme du Philippe Delerm; comme on voudra. Les trois écrivains-poètes cités à l’instant ont assez de talent pour comprendre que Vincent Delerm ne pense qu’à une chose: à la littérature, bien sûr. Cet album est beau car il est littéraire. Tristan Corbière, Modiano… Vincent Delerm pose des mélodies douces, acidulées, discrètement pianotées, douces, douces, pour ne pas effrayer les mots qui pourraient s’envoler comme les feuilles à l’automne. La voix de Vincent, si moquée, si injustement moquée, possède un grain à la fois douloureux, modeste, sensuel qui donne à l’ensemble un charme fou. Elle est exquise quand elle s’abandonne au talk-over. Cette façon de parler sur les mélodies du piano; une manière lascive de s’allonger sur les draps déjà froissés du temps qui passe. Du temps qui fuit. Parlons-en du temps qui fuit.Comme chez Modiano, comme chez Corbière, comme chez Hardellet, comme chez Bove, comme chez Verlaine, le temps qui fiche le camp est la grande histoire de Vincent Delerm. Sa chanson, «Hacienda», superbe, ne dit rien d’autre. Était-ce lui, le garçon collé par terre, le garçon à Manchester? Est-ce lui, près de l’enfant, ce garçon en t-shirt Johnny Marr? Ce disque est aussi poignant que Villa Triste, de… de qui déjà?

    PHILIPPE LACOCHE

    « Les amants parallèles », Vincent Delerm. Tôt ou Tard.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    • catherine d.

      Vos “draps déjà froissés” me font penser à ce poème dont je ne me rappelle plus l’auteur :
      “Je pense à cette chambre, où nous ne viendrons plus,
      Les palais les plus beaux n’ont su garder leurs maîtres,
      ….
      Pourrions-nous néanmoins oublier ces murs bêtes,
      Où nos doigts ont tressé les premiers nœuds subtils,
      Notre amour très adroit traversait sur un fil
      Cet espace banal qui nous serrait la tête.

      Nous savions que le lit s’était désamarré,
      Pour d’autres avant nous et pour d’autres marées,

      Il me plait de songer que de nouveaux amants,
      se croiront les premiers aux places déjà prêtes.”
      Si quelqu’un sait,
      Bien à vous
      Catherine

    • Or Pâle

      J’ai bien essayé…mais quand j’écoute Delerm, je me sens comme un lapin à qui on lirait la recette du civet.

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Rapport Ratier : la bande dessinée en voie de stabilisation en 2015

    Le 16e « rapport Ratier » sur l’état de la bande dessinée en 2015 est paru ...

    Ces clandestins qui viennent piquer la BD des Français…

    SARKOZY M’A EXPULSÉ, Réseau Education Sans Frontières, préface de Lilian Thuram, ed. Les Echappés/Charlie ...

    Lucrèce et l’eau lourde

      Plus jamais je ne me moquerai des filles qui ont très fort envie ...

    Spirou en héritage…

    Enfoncé Johnny ou les Stones ! C’est ainsi à 75 ans que le magazine ...

    La poudre blanche m’inspire et me rend nostalgique

    Je suis partout, lectrice. Non pas, lectrice fessue et anxieuse, que j’aie rejoint, par ...

    Le juge Lambert aime Amiens, les livres et l’écriture

    Il n’est pas seulement le juge d’instruction de l’affaire du petit Grégory; il est ...