“Svoboda” avance à toute vapeur

    Svoboda, tome 2: Iekaterinbourg, été 1918, Kris, Jean-Denis Pendanx, éditions Futuropolis, 48 pages, 13 euros.

    Cette fois, la Légion tchèque fait vraiment son entrée dans l’Histoire avec un grand “H”. Mai 1918, les combattants tchèques et slovaques, incorporés dans l’armée austro-hongroise et prisonniers des Russes, ont profité de la Révolution de 1917 pour s’enfuir des camps tsaristes et, sur des trains blindés, veulent rejoindre Vladivostock afin de retrouver leur pays, où ils ambitionnent de créer une vraie république. Mais en ce printemps 1918, le convoi est bloqué à Tcheliabinsk. Et certains soldats sont emprisonnés, dont Jaroslav Chveik, le héros et auteur de ce “carnet de guerre imaginaire” dont Kris et Pendanx ont débuté le récit voilà un an.
    Enfermé pour avoir tué un Hongrois qui menaçait son ami, le dessinateur Pepa, il est libéré, avec les autres soldats de la Légion, par une charge de la 1ere division tchéco-slovaque. Mais ce coup de force va avoir de terribles conséquences. Les tchéco-slovaques sont désormais assimilés par Trotsky et les soviets à des contre-révolutionnaires. Ils n’ont plus alors comme solution que de s’emparer des gares du Transsibérien afin de poursuivre leur route.
    Une escarmouche sanglante avec l’armée rouge va aussi, indirectement, impliquer Jaroslav et Pepa dans la mort du Tsar ! Une vaine équipée en terre bolchevik qui aura également des conséquences sur les relations entre les deux héros…
    Mêlant avec toujours autant de bonheur les éléments historiques et le récit romanesque, Svoboda, dans ce deuxième tome, trouve bien son rythme. Epique et lyrique. Moins centré sur les personnages principaux – désormais familiers – cet épisode fait la part belle à l’action (l’attaque de la prison, l’assaut contre le train, une poursuite en cariole, etc). Et Jean-Denis Pendanx se montre aussi à l’aise dans les scènes de combat que dans les moments plus intimistes. Et, comme pour le premier, l’album se termine sur une belle double pages des “carnets” de Pepa Cerny, ici consacré au meurtre de Nicolas II et de toute sa famille, en juillet 1918 à Iekaterinbourg.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Les caricatures sportives, ça roule !

    Légendes du sport automobile, Michel Janvier, Jean-Marc Borot, Roger Brunel, Jean-Paul Renvoizé. Editions Vents ...

    Sur le sentier de l’après-guerre

    Le sentier des reines, Anthony Pastor. Editions Casterman, 128 pages, 20 euros. 1920, au ...

    Amusantes leçons particulières à l’africaine

    Mémel, Eric Borg (scénario), Mickaël Sanlaville (dessin). Editions Bigfoot, 56 pages, 10,90 euros. Deuxième ...

    Tranche de nuit familiale

    La maison la nuit, Joub et Nicoby (scénario et dessin). Editions de la Gouttière, ...

    Zombies néchronologies, l’amoral de l’histoire

    Zombies néchronologies, tome 3: la peste, Olivier Peru (scénario), Stéphane Bervas (dessin). Editions Soleil, ...

    1789, la Révolution française vue dans les deux camps

     1789, La mort d’un monde / La naissance d’un monde, Noël Simsolo (scénario), Vincenzo ...