Triste odysée sur les traces d’O.D.E.S.S.A.

    O.D.E.S.S.A., tome 1 et 2, Peka, Dufranne, éditions Casterman, 48 pages, 12,95 euros.

    Trois frères, en 1946, tous marqués par la Guerre. L’un a pris le maquis, l’autre est parti au STO (service de travail obligatoire) et en est revenu lourdement blessé, le dernier a disparu après s’être engagé dans la Ligue des volontaires français (la LVF de sinistre mémoire, bande de supplétifs des SS, dont une bonne part des membres périt sur le front de l’Est). Pour respecter l’ultime voeu de sa mère mourrante, André, le maquisard communiste va partir rechercher ce frère collabo qu’il avait rayé de sa vie… Et, ce faisant, il va découvrir le réseau O.D.E.S.S.A., qui exfiltre les criminels de guerre nazis vers l’Amérique du sud. Mais avant cela, son enquête le mènera longuement à Bruxelles, dans le milieu interlope de la nuit. Et cette investigation ne va pas se faire sans mal et, comme dans tout bon roman noir, se finira mal…

    La matière était dense et la volonté de Dufranne de restituer l’épaisseur et la complexité d’une époque dans ses nuances de gris, en évitant le manicheisme, salutaire. Mais l’intrigue, si elle atteint bien son but, tend à se perdre dans des manipulations multiples et ses rebondissements relèvent plus du climat du film policier que du thrilller politico-historique promis. Quant au dessin du Serbe Peka (dont c’est la première incursion en bande dessinée franco-belge), son trait réaliste un peu trop appuyé n’embellit pas franchement ses personnages. Certes, pas très beaux à voir dès le départ.

    L’histoire n’en reste pas moins pas désagréable à suivre. Et, dans la logique de resserrer les temps de sorties entre les albums, Casterman fait ici très fort, puisque les deux tomes paraissent en même temps.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le top 5 du Grand prix 2014 de l’ACBD

    Les membres de l’ACBD ont retenu, ce samedi dans le cadre du festival BD ...

    Du rétro-futurisme plein gaz

      Ignition City, Warren Ellis et Gianluca Pagliarani. Editions Glénat, 144 pages, 14,95 1956. ...

    Métal hurle de nouveau

    Métal hurlant, chronicles, volume 1, collectif, éditions Humanoïdes associés, 194 pages, 24,95 euros. Ce ...

    Le hip-hop, toute une histoire !

    Hip-hop family tree, volume 1 : 1970s-1981, Ed Piskor. Éditions Papa Guédé, 112 pages, ...

    Pour rire à s’en tenir les Côtes du Rhône

    Les fondus du vin, tome 3:  des Côtes du Rhône, Cazenove et Richez (scénario), ...

    Précision

    De : Guriec Gwenal xxxxxxl@yapucca.com> Sujet : Monsieur Roux Corps du message : Bonjour, ...