Un conte à savourer avec un apétit d’ogre

    Homme de goût-2_couvUn homme de goût, tome 2, El Diablo (scénario), Cha (dessin). Editions Ankama, coll. Hostile Holster, 64 pages, 13,90 euros.

    Après les hors d’oeuvre, place au plat de résistance. Et même d’une sacrée résistance, pour ce qui est du héros de ce diptyque : Nekros, être immémorial, quasi éternel, traversant les siècles en dernier représentant d’une race qui, jadis, dominait le monde. Car, le suspense et les interrogations distillés dans le premier volet du récit sont désormais envolés. Nekros est bien un ogre (mais pas un cannibale, s’il mange des hommes il ne lui viendrait pas à l’idée de boulotter un ogre…). Durant la nuit, en huis-clos, et le face à face qui l’oppose à l’inspectrice Jamie Colgate, Nekros va lui conter sa vie passée, son règne de terreur dans un royaume perdu dans les sables du moyen-orient, interrompu par une ruse des hommes, puis le début d’une fuite qui ne cessera plus, des aborigènes australiens jusqu’au Grand nord canadien (pour retrouver le sasquatch, sorte de yéti américain qui, bien sûr, n’est qu’un autre ogre) et au coeur de l’Allemagne – épisode qui, transformé en légende, aboutira bien sûr au contes de Perrault et de Grimm.

    Progressivement, Jamie se met à espérer que ce long récit pourrait signifier que Nekros n’a peut-être pas l’intention de la dévorer, mais qu’il vise un autre but…

    Copieux, mais toujours digeste, rassasiant le lecteur avec son histoire aux multiples rebondissements fantaisistes et aventureux et s’achevant sur une jolie pirouette scénaristique, cet Homme de goût le demeure donc jusqu’au bout. Et s’il ne masque plus rien de sa nature profonde dès la couverture, son bon sourire le rendrait presque sympathique. En tout cas, ce diptyque l’est assurément, sympathique. Et graphiquement toujours aussi soigné. Cette fois, Cha adapte son style aux époques des différents récits de Nekros, avec une touche d’orientalisme pour la période médiévale moyen-orientale, un joli travail en applats noirs pour restituer l’Australie des origines ou une teinte sépia pour l’épisode américain du début du XXe siècle. Vraiment savoureux et réjouissant de bout en bout.

    Homme de goût-2_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Pirates, chevaliers et sorciers

    [media id=12 width=320 height=240] Pirates, chevaliers et sorciers : l’ordre des cendres / L’infant ...

    La mère réussie

    Amère Russie, tome 2: les colombes de Grozny, Aurélien Ducoudray (scénario), Anlor (dessin). Editions ...

    Qui a trahi la Pucelle ?

    L’homme de l’année 1431,  L’homme qui trahit Jeanne d’Arc, Corbeyran, Horne. Editions Delcourt, 56 ...

    Hollywood en noir et blanc… et rouge sang

    Pornhollywood, tome 2: Crépuscules, Noël Simsolo (scénario), Dominique Hé (dessinateur). Editions Glénat, 48 pages, ...

    Initiation à la BD et mangas

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    “Il n’y a pas de bons ou mauvais sujets” pour Wilfrid Lupano

    Scénariste multi-cartes, Wilfrid Lupano s’est fait connaître notamment par sa série Alim le tanneur. ...