Robert Charlebois, héraut du Québec

    Les histoires fabulées, tome 1 : Charlebois & l’Osstidgang, Ami Vaillancourt  et Bruno Rouyère. Editions Glénat, 56 pages, 13,90 euros

    1960, Robert Charlebois a 16 ans. Comme tous les ans, ses parents l’embarquent pour les deux mois de vacances dans le chalet de campagne. Tabarnak alors ! C’est pas de chance pour le chum, lui espérait rester à Montréal avec sa gang pour gratter la guitare. Mais cet été qui s’annonçait comme une corvée va se transformer en un véritable parcours initiatique. Dans l’épicerie du coin, ce sera d’abord une rencontre mouvementée  avec trois jeunes de son âge et un groupe d’Indiens  énervés. Une double rencontre qui va transformer ses vacances…

    Quelle est la part de vérité dans ce récit ? L’éditeur précise bien qu’il s’agit de  « l’adolescence imaginaire du célèbre chanteur québécois et sa rencontre tout aussi fabulée avec ses futurs compagnons de route ». Nous sommes avertis, ce n’est pas une bio officielle mais c’est drôle, vivant même et tout empreint de tendresse et de nostalgie. C’est la rencontre d’un petit citadin avec la vie, l’amitié, la nature et certains excès de l’adolescence. C’est un peu ce que chaque adulte retrouve en lui quand il se tourne sur son passé.

    Si,  avec les savoureuses expressions locales, l’histoire se fait plus québécoise, le scénario demeure universel et parle à tout le monde. Un album goûtu et agréable qui fait du bien dans un monde de grisaille. Ces histoires fabulées sont fabuleuses, alors, comme Charlebois le chante : « Je reviendrai à Montréal – Dans un grand Boeing bleu de mer » et je pourrai lire la suite !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Siné Mensuel garde la ligne

    Toujours là le mensuel de Siné. Avec, justement, un Siné à la Une avec ...

    Largo Winch fait aussi dans l’humanitaire

    Largo Winch, le héros de Francq et Van Hamme lance une collecte pour  l’ONG ...

    Ramirez, aspiratueur à gages

    Il faut flinguer Ramirez, t.1, Nicolas Pétrimaux. Editions Glénat, 144 pages, 19,95 euros. Et ...

    No War, la tension monte au Vukland

     No War #2, Anthony Pastor. Editions Casterman, 120 pages, 15 euros. La tension s’accentue ...

    Louca gagne le premier match

    Louca, tome 4: l’espoir fait vivre, Dequier. Editions Dupuis, 56 pages, 15,90 euros. Ado ...