“Un homme de joie” au plus haut

    Un homme de joie_tome 2_couvUn homme de joie, la ville monstre, tome 2, Régis Hautière (scénario), David François (dessin). Editions Casterman, 56 pages, 13,95 euros.

    Sacha, l’émigré ukrainien, commence à trouver sa place à New York, cette “ville-monstre” en plein essor vertical dans cette Amérique des années 30. Par l’entremise de Tonio, son “ami” mafioso, il participe à la construction du Rockfeller Center et continue de promener des chiens. Et puis, il a trouvé l’amour avec MagdaLena, ou plutôt Magda et Lena, les deux soeurs siamoises. Mais celles-ci sont les protégées de Lanzana, le parrain de la pègre locale. Et sur le chantier, le “Français” Lafayette commence à convaincre avec ses idées subversives de grève. Deux épisodes qui vont faire basculer sa vie, pour le meilleur mais aussi le pire…

    En un seul mot: magnifique. A la fin du tome 1, marqué par la révélation surprenante du corps de MagdaLena, le charme de ce récit d’émigration à New York avait fait son effet, par le soin apporté à la présentation des personnages, la beauté enlevée et élégante du dessin de David François. Un homme de joie_tome 2_caseMais la perplexité demeurait sur la possibilité de bien conclure ce récit en deux tomes seulement, tant on ne semblait être qu’au tout début de l’histoire.

    Le pari a été tenu, et brillamment même. Plus rythmé et rapide, ce second volet associe l’art de la synthèse et la densité. Hautière et François parviennent à évoquer en même temps et de façon limpide une fable sociale sur le monde exploité des ouvriers du bâtiment, sur fond de main mise mafieuse sur la ville, mais aussi une étonnante histoire sentimentale, le tout achevé par une vengeance sanglante digne d’une grande tragédie… sans oublier une dernière case presque aussi saisissante que celle qui clôturait dans le tome 1 !

    Ce roman noir sur cette ville-monstre qui ingurgite ses nouveaux habitants est aussi un superbe récit d’ambiance, porté par les pages superbes de David François, très bien mises en couleurs, et par les dialogues ciselés de Régis Hautière.
    On retrouve donc ces planches en vue plongeante, ces majestueuses double pages qui viennent rythmer et séquencer l’histoire. Et une mise en page très dynamique, à l’exemple de la page 36, cette mise en page imaginative où l’échafaudage d’un gratte-ciel se fond avec la grille des cases.
    Les textes, aussi, s’élèvent (comme cette réflexion de MagdaLena, entre autre, qui pourrait faire un bon sujet de philo : “La tolérance, c’est quand on reconnaît le droit d’exister à ce qui nous insupporte. Autrement dit, on ne tolère que ce qu’on méprise. Etes-vous tolérant Sacha ?“).

    Assez unique et surprenant, à l’image des deux premières planches et de cette vue en plongée de l’arrivée d’un Zeppelin dans la nuit new-yorkaise, ce diptyque, aussi dramatique soit-il, met effectivement en joie.

    Un homme de joie_tome 2_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Adolescence lunaire

    Moonhead et la Music Machine, Andrew Rae. Editions Dargaud, 176 pages, 22,50 euros. Lunaire, ...

    Le tome 34 de Boule et Bill annonce les aventures au cinéma

    Boule et Bill, tome 34 – Un amour de cocker, par Pierre Veys, Cric, ...

    De bien beaux instants de vie avec Jim

    De beaux moments, Jim. Editions Grand Angle, 136 pages, 18,90 euros. “C’est à l’instant ...

    Quand la bande à Charlie Hebdo dessinait pour des manifs picardes

    Trois petits clins d’oeil et hommages à Wolinski et Cabu, à travers des dessins ...

    “Fakir” explique aussi le CETA en dessins

    Le journal alternatif Fakir a aussi une pratique quelque peu alternative du dessin de ...