Un vrai lieu de Perdition

    BACK TO PERDITION, de Damien Marie et Vanders, ed.Vents d’Ouest, 56 p., 13,50 euros.
    C’est une variante choc de Roméo et Juliette, sur fond racisme dans le bush australien, que proposent le Normand Damien Marie et le Nordiste Vanders avec ce diptyque qui annonce clairement la couleur – noire, très noire, avec quelques touches de rouge sang – dès sa couverture.
    Perdition est une ferme de crocodiles perdue au nord de l’Australie, gérée avec poigne par un patron solitaire, qui fait régner la terreur sur ses employés et surveille avec vigilance sa fille, Angie. Pas suffisament quand même puisque cette dernière tombe amoureuse de Mayaw, un jeune aborigène. Dès lors, l’ouragan qui frappe la région ne sera pas que climatique…

    Dans un road-movies poisseux, les deux amoureux en fuite tenteront de fuir le sbire et la foudre paternelle. Jusqu’à un cliffhanger particulièrment fort et qui augure bien de la suite. Tout comme l’ambiance restituée par le dessin réaliste de Vanders, aux ciels chargés et aux cases souvent aussi sombres que l’esprit de ces protagonistes. Bienvenue en enfer !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un sacré Loulou

    Loulou, l’incroyable secret, Grégoire Solotareff, Jean-Luc Fromental, editions Rue de Sèvres, 64 pages, 12,50 ...

    Quand Matra dominait Le Mans

    24 Heures du Mans – 1972-1974 : les années Matra, Denis Bernard (scénario), Christian ...

    La BD à la Une du “journal du centenaire” du Courrier picard

    Le deuxième numéro du “journal du centenaire 14-18” du Courrier picard, ce mardi 20 ...

    Guerre et paix dans la BD

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Aurel est hardi

    C’est dur d’être de gauche, Aurel, préface de Renaud Dély, éditions Glénat, 144 pages, ...

    L’ombre flamboyante des Elfes

    Elfes, tome 8: la dernière ombre, Olivier Peru, Bileau. Editions Soleil, 56 pages, 14,50 ...