Golias, tome 1 : Le roi perdu, Le Tendre et Lereculey. Editions Le Lombard, 48 pages, 14,45 eurosAlors que le roi d’Ankinoë, faute d’héritier, voit arriver sa prochaine destitution au bénéfice de son frère, un sorcier nubien débarque sur son île et le fait bénéficier de ses talents. Golias, un fils d’abord puis une fille viennent égayer la cour royale au désespoir de Polynos, le frère du roi. Seize années plus tard,  Varon, le fils de Polynos, amoureux de sa cousine Aeréna, est brutalement éconduit. Sa condamnation par le roi à servir dans une lointaine garnison  déclenche une machination ourdie par Polynos. Celui-ci empoisonne son frère et tente de faire porter le crime sur Golias…  Celui-ci décide alors de ramener la fleur du souvenir qui pousse sur l’arbre de Cronos, le seul médicament qui peut ramener son père à la conscience. Mais c’est compter sans l’infâme Polynos…

    Un péplum, un vrai ! Dans une Grèce de légende où les dieux se mêlent encore aux hommes, les auteurs nous livrent une nouvelle version du jeu ancien de l’accession au pouvoir par tous les moyens. Ambition, haine, amour, trahison, vengeance les ingrédients classiques sont réunis pour une saga qui s’annonce fertile en rebondissements. La mise en couleurs de Stambecco est sans fausse note et les dessins de Jérôme Lereculey, au sommet de son art, sont, tant pour les personnages que pour les décors et paysages, superbes et dynamiques le tout au service d’un récit simple mais dont les personnages attachants s’imposent à nous.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Christophe Bec, rubrique Aubrac

    Les tourbières noires, Christophe Bec. Editions Glénat, 64 pages, 14,95 euros. Après plusieurs sagas ...

    L’Arabe du futur de Riad Sattouf, un Fauve dans le présent

    Le Palmarès du 42e Festival d’Angoulême vient de tomber, en ce milieu d’après-midi du ...

    Le Roi Singe reprend ses aventures

    Les aventures du Roi Singe, tome 1: Les Immortels, Stéphane Melchior (scénario), Vincent Sorel ...

    Tout ce qui ne tue pas rend plus mort

    Zombies néchronologies, tome 2: Mort parce que bête, Olivier Péru (scénario), Arnaud Boudoiron (dessin). ...

    La Romanée comptée, quand la Chine s’éveillera… au vin rouge

    La Romanée contée, Pinot noir contre Dragon blanc, Philippe Bercovici (dessin), Benoist Simmat (scénario). ...

    Odyxes, un pastis temporel bien dosé

    Odyxes, tome 1: naufragé du temps, Christophe Arleston (scénario), Steven Lejeune (dessin). Editions Soleil, ...