Valentine, c’est pas du luxe

    Valentine, tome 1, Vanyda, éditions Dargaud, 96 pages

    La jeune collégienne Valentine, touchante et sensible, débarque dans les bacs. Avec un air de déjà vu, certes. La jolie petite brunette n’est autre que l’héroïne de la trilogie Celle que, de Vanyda, largement saluée sous sa forme manga.

    Comme argument, et comme pour Pistouvi récemment, cette nouvelle version typée “franco-belge” – qui se déclinera en 6 albums – en format classique cartonné et en couleurs, est destinée aux “réfractaires au noir et blanc“. C’est bien sûr tout le mal qu’on lui et qu’on leur souhaite, car cette chronique adolescente réussie mérite d’être connue.

    En revanche, il n’est pas sûr que cette nouvelle série lui rende vraiment justice. Le changement de format n’apporte pas grand chose et la mise en couleurs, avec ses applats tranchés, est plutôt rébarbative… voire franchement hideuse sur les parties tramées. Et l’ensemble perd l’aspect émouvant et plus intime de la version souple.

    Bref, si l’on osait les mauvais jeux de mots – et oui, on va oser – pour les couleurs, on va laisser Valentine à Dulux, et continuer à retrouver celle de Vanyda dans son aspect sobre et subtil initial.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Valérian vu par Lauffray et Lupano, tout sauf Terre à terre !

    Shingouzlooz Inc., Wilfrid Lupano (scénario), Mathieu Lauffray (dessin). Editions Dargaud, 56 pages, 13,99 euros. ...

    Merci patron(s) !

    Terreur sur le CAC 40, Isa. Editions Fluide glacial, 56 pages, 12 euros. Isa ...

    Le retour théâtral des Spectaculaires

    Les spectaculaires, tome 2: la divine amante, Régis Hautière (scénario), Arnaud Poitevin (dessin). Editions ...

    Le dernier Prix Goncourt en BD

    Le dessinateur Christian de Metter va adapter le roman épique de Pierre Lemaitre, Au ...

    Quand un CRS se pique de bande dessinée…

    Est-ce le fait d’avoir envoyé des CRS protéger des dessinateurs de presse qui a ...

    Premières “Traces” de la Grande Guerre

    Quelques histoires du recueil Traces de la Grande Guerre, l’album-événement de l’association On a ...