Le prix du premier album des lycéens picards devient cette année le prix Révélations Hauts-de-France. Toujours décerné par des élèves de la (grande) région. Et toujours dans le cadre du festival de bande dessinée d’Amiens.

Nicolas Antona et Nina Jacmin rentreront donc dans l’Histoire comme les derniers lauréats du Prix du premier album des lycéens picards, avec leur Tristesse de l’éléphant. Mais pas de quoi, en revanche, avoir forcément le blues pour la suite.
Cette année, à l’occasion des 23e Rendez-vous de la bande dessinée, sera donc lancé pour lui succéder le prix Révélation bande dessinée des lycéens Hauts-de-France.
Au-delà du périmètre géographique et du nombre de classe étendus, le changement porte aussi sur les critères de sélection. Jusqu’ici, la sélection était limitée aux seuls « premiers albums », ce qui a permis de révéler quelques auteurs à la jolie postérité (comme Anlor en 2013) voire de susciter la colère de l’extrême droite (en ayant primé l’hilarante Nostalgie de Dieu de l’excellent bd-blogueur belge Marc Dubuisson).
Mais cela revenait aussi parfois, comme le confie l’un des organisateurs du prix à essayer de susciter l’intérêt du jeune public de lecteurs pour la bande dessinée avec des albums qui n’étaient pas forcément tous bien aboutis.
Désormais, il s’agira plus d’honorer un « jeune auteur », puisque la sélection peut se faire parmi les trois premiers albums édités.

Une sélection de choix

Conséquence première, et manifeste: une nette progression qualitative de la sélection. Ainsi, pour cette année, on y trouve des albums souvent sélectionnés par d’autres jurys « adultes » (notamment l’ACBD et l’ACBD Québec) comme le magnifique Ces jours qui disparaissent de Timothée Le Boucher (ed. Glénat) ou Louis parmi les spectres des Canadiens Britt et Arsenault (ed. La Pastèque), mais aussi les jolis et émouvants Au pied de la falaise de ByMöko (ed. Soleil), La Guerre de Catherine de Billet et Fauvel (ed. Rue de Sèvres), mais encore l’excellent polar fantastique Natures mortes de Zidrou et Oriol (ed. Dargaud), le poignant Petite Maman de Halim (Dargaud), le fantasque Couleurs de Sylvain Escallon (ed. Sarbacane), Montana 1948 de Pitz (ed.Sarbacane) et le manga animalier anthropomorphique Les Royaumes carnivores de Yui Hata (ed. Akata).
A défaut d’être une réelle « révélation », l’album lauréat ne manquera en tout cas pas de qualités.

Réagissez avec Facebook comments ou en cliquant sur un emoji (ci-dessous)
0
J'aimeJ'aime
0
J'adoreJ'adore
0
HahaHaha
0
WouahWouah
0
TristeTriste
0
GrrrGrrr
Merci d'avoir voté !

Tags:

  • Au-delà des betteraves et des patates, la Picardie produit aussi des bandes dessinées. Rien d’étonnant, puisque résident ou sont nés ici un nombre grandissant d’auteurs. C’est l’objet de ce blog d’en parler. Tout comme des autres albums intéressants du moment, d’où qu’ils viennent. Et aussi de l’actualité qui nous touche et se rattache au 9e art. Bref, un blog qui ne se veut absolument pas officiel, ni exhaustif… mais éclectique et aussi varié que les goûts de chacun des contributeurs. // Cet espace est animé par des amoureux de cet art qu’on qualifie de neuvième – en professionnels (journalistes au Courrier picard), mais surtout en amateurs (fans du genre). Il est fait de chroniques très ouvertes. Tous les genres y sont critiqués. Avec une tendance à privilégier les albums qu’on aime, puisque la critique, quelle qu’elle soit, est forcément une mise en valeur publique. Notre principe de chronique est simple : un résumé de l’histoire pour la situer ; un regard sur l’ouvrage en général, le style, le scénario, le dessin… Cet espace est ouvert à tous, soyez-y les bienvenus ! /// Deux précisions : 1> Tous les dessins des images d’en-tête (ci-dessus) sont des extraits d’affiches (signés Jiro Taniguchi, Guarnido ou Druillet) réalisée dans le cadre des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens ; extraits reproduits avec l’aimable autorisation de l’association On a marché sur la bulle. 2> La plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande, elles seront retirées.

  • Voir les commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez également peut-être

Quand la bande dessinée tutoie les sommets à Grenoble

Avant une interruption d’une petite semaine, pour cause de congés hivernaux, retour opportun, justement, ...

Pierre Papier Chicon se jette à l’eau

Le troisième numéro de la revue picarde Pierre Papier Chicon est paru. Et on ...

Pierre Papier Chicon, paquet cadeau de Noël

Le quatrième tome de Pierre Papier Chicon arrive en rayons d’ici quelques jours. Et, ...

Actes Sud enrôle Brecht Evens pour raconter la fresque de ses 40 ans

Réputée depuis longtemps pour sa politique éditoriale et connue désormais par la présence de ...

La chienne de vie de Céline

Le chien de Dieu, Jean Dufaux (scénario), Jacques Terpant (dessin). Editions Futuropolis, 72 pages, ...

Delcourt et Soleil tiennent salon ensemble

Première grande manifestation grand public du rapprochement entre les éditions Delcourt et des éditions ...