Categories
Bulles Picardes humour Les albums à ne pas rater

L’édition jeunesse a bonne mine avec Jonathan Munoz

Mauvaises mines, Jonathan Munoz. Editions Glénat, coll. GlénAAARG !, 96 pages, 14,95 euros.

Tout le monde connaît les éditions Couicoui, prospère maison d’édition spécialisée en ouvrages jeunesse. Le nouvel album des aventures de Pin-Pin le petit lapin, leur série-phare, vient de paraître. Sauf que celui-ci n’a manifestement pas été relu. Et que son contenu s’adresse manifestement à un public nettement plus… adulte.
Lorsque le directeur est averti de la chose, il ne voit qu’une solution: faire disparaître tous les exemplaires parus, embarquant son assistant dans un road-movies sanglant. Quitte à buter des flics ou étrangler des clochards, pour arranger les choses. Pendant ce temps, l’auteur de Pin-Pin, sans retour de son éditeur, se persuade que celui-ci est enthousiasmé par sa production et n’attend qu’une chose : qu’il aille encore plus loin dans le glauque, le scato ou l’horreur !

On a déjà pu voir quelques unes de ces « Mauvaises mines » de Jonathan Munoz dans l’excellente – mais néanmoins défunte – revue Aaarg. On les retrouve avec un vrai plaisir dans cette nouvelle collection de Glénat – subtilement dénommée donc GlénAAARG ! piloté par Pierrick Starsky (l’ex réac-chef d’Aaarg !). Et pour qui découvrirait Munoz par le biais de ce petit album, la couverture annonce bien la couleur, avec cette charmante petite fille souriante masquant de son petit dessin naïf la tête explosée de son père, qui vient de se suicider d’un coup de fusil de chasse.
C’est donc vraiment un gentil (et hilarant) petit livre d’humour noir que propose Jonathan Munoz – qui lui même débuta comme illustrateur pour la presse jeunesse.

Le récit qui débute l’album, dans un style caricatural très dynamique, déjà très drôle dans son outrance assumée, sert surtout d’écrin à une flopée d’illustrations pleine page, pastiche trash d’illustrations pour ouvrages de jeunesse, rehaussé de petits textes décalés, comme du Gary Larson sous acide ou du Olivier Tallec en plus noir et grinçant: ici, un Mickey bourré pisse sa bière – de face dans l’image – en fumant un pétard, une future kamikaze vierge s’inquiète brusquement de se retrouver seule avec 70 puceaux, un enfant fait le pari de manger du caca de chien, Hitler devenu cuisinier fait brûler tous les plats, un père – inquiet de voir son fils s’enfermer avec des jeunes hommes – se réjouit de voir qu’il n’est en fait que serial-killer. Et “l’infâme docteur Zorgule” se rend compte que la profession de « super-méchant » est bien bouché dans un monde peuplé de banquiers, d’assureurs, de travers, de fabricants de cigarettes, de paparazzi, etc. (liste déclinée sur une pleine page de texte).
Le contraste est d’autant plus réussi que le dessin de Munoz est fort joliment soigné et mis en couleurs (ou en niveaux de gris).

De l’humour très noir, donc – et à ce titre très réjouissant – doublé d’un sous-texte tout aussi vachard sur le petit monde de l’édition jeunesse. Un univers sans doute, lui aussi, un peu bouché désormais pour Jonathan Munoz. Mais celui conserve incontestablement bonne mine.

Categories
Bulles Picardes Presse & Médias

“Aaarg !” le nouveau retour gagnant

Le magazine Aaarg ! reparaît en cette rentrée. Sous une troisième formule, bimestrielle, mais en conservant ses points forts.

aaarg-n5_couvJamais deux sans trois. Après un lancement en revue trimestrielle (somptueuse), puis une relance en mensuel (moins convaincant, même sans dépôt de bilan suite à des problèmes de distribution), le magazine de “bande dessinée et de culture à la masse” revient sous forme bimestrielle cette fois. Et on s’en réjouit.

Plus light que la revue (130 pages quand même !) mais moins cher (9,90 euros), Aaarg ! Magazine (puisque tel est son nouveau nom) n’a en revanche guère modifié son contenu. Et on s’en réjouit aussi ! Ainsi
Dans ce n°5 donc (après les 4 tentatives mensuelles), on retrouvera donc le grand entretien-dossier carrière avec un auteur. Cette fois, l’invité est Pascal Rabaté et, comme à chaque fois, on apprend plein de chose dans ce long sujet de 8 pages, même sur un auteur plutôt déjà connu. Autre rendez-vous habituel: l’abécédaire d’un illustrateur. Pour ce numéro, c’est Fred Druart (un habitué de Aaarg !)…

Categories
Bulles Picardes humour Les albums à ne pas rater science-Fiction

Cafardman, en vert et contre tout… sauf la rigolade

cafardman_couvCafardman, l’Abbé. Aaarg! Editions, 94 pages, 17,50 euros.

Dans ce futur proche, dévasté par une guerre nucléaire, Cafardman réside dans les ruines de Vierzon, au coeur du secteur 7. Dans son collant vert et avec son ami Beetle (un vrai cafard, lui), ce super-héros des temps post-modernes lutte contre les bio-robots de l’Ordre vert, les motards ferrailleurs dégénérés du désert ou les Wutants décérébrés. Mais il n’est pas si facile de faire régner l’ordre et la justice. Et, de malentendus en quiproquo, Cafardman va s’attirer la haine du Major Tomate (lui-même devenu robot) qui n’a pas supporté la mort de sa bio-pute Vagina…

Categories
Bulles Picardes humour Les albums à ne pas rater

Les Frères Guedin, des hommes, des vrais…

Bonhommes_couvDes aventures pour les vrais Bonhommes, de les Frères Guedin, editions Aaarg ! 72 pages, 17,50 euros.

Un album “100 % testo, 100 % couillo” (mais “aussi pour les filles qui s’en battent les couilles“). “Amazant“, n’est-il pas ? Surtout quand on compte parmi les fans Catherine Ringer, qui avoue dans une belle préface son plaisir à plonger dans cet “univers de rêves, cauchemars, rires, désirs profonds ou cachés“.

Les deux dessins pleine page, fausse couv’ annoncent de fait la couleur : “Laser Ducks contre la myopie” montre deux hommes à tête de canard attaquer au laser les yeux d’une femme, tandis que “Nudists attacked by Wild Textiles animals” illustre très précisément son titre attractif avec un homme au regard mauvais, tenant d’un bras une naïade évanouie et plantant avec l’autre main un couteau dans l’oeil d’un gorille en costume cravate.

Ce mélange d’humour absurde et de références décalées se retrouve dans tout l’album et ses diverses histoires courtes réunissant aventures viriles, pin-up délurées, etc ..

Categories
Bulles Picardes Presse & Médias

Aaarg ! “c’est n’importe quoi, ça va dans tous les sens, c’est bien !”

Bonne nouvelle, Aaarg a bien passé l’été et revient en grande forme pour ce numéro de rentrée qui, mine de rien, amène la revue aux numéros à deux chiffres. Et Jean-Pierre en position d’éditorialiste du mois

aaarg-n10Pour ce n°10, la revue Aaarg! se paie un nouvel éditorialiste et un beau “parrainage”. Et pas n’importe qui puisqu’il s’agit de Jean-Pierre Dionnet, auquel est consacré aussi le grand entretien du numéro. Le fondateur de Métal Hurlant, grand spécialiste de la BD, de la SF et de tous les genres populaires y trace notamment une filiation entre son défunt magazine, qui révolutionna en partie la presse BD dans les années 70 et la revue Aaarg, “la seule vraie aventure éditoriale depuis Fluide glacial”. Plaidant pour un “journal ouvert”, sans ligne éditoriale trop stricte, Dionnet caractérise aussi finalement très bien Aaarg dans son édito, en notant, sobrement : “Un bon titre, toujours assez à lire, à regarder, pour qu’on attende le suivant. C’est n’importe quoi, ça va dans tous les sens. C’est bien.“…

Categories
Bulles Picardes humour Les albums à ne pas rater

Viva Zapatistas !

zapatistas_couvZapatistas, “les aventures sentimentales de Carmen y Jorge” et autres histoires, Pierre Place. Editions Aaarg !, 82 pages, 17,50 euros.

Découverts au sein de la revue Aaarg ! les Zapatistas de Pierre Place déploient toute leur énergie d’une seule traite dans ce bel album.

Dans un Mexique de cinéma, on retrouve les bandes révolutionnaires d’Emiliano Zapata, avec Carmen et Jorge, l’égérie nymphomane et le “révolutionnaire hématophobe”, Rosalie, la blanchisseuse amoureuse du délicat Manuel, le capitaine Augusto a la tragique passion des jardinets, Ramon le chasseur de papillons et tous les autres “rebelles”, révélés au cours de courtes tranches de vie pleines de fureur.

Categories
Bulles Picardes humour Les albums à ne pas rater

B-Gnet se fait ses films

Bonsoir_couvBonsoir, B-Gnet. Editions Aaarg ! 72, pages, 17,50 euros.

B-Gnet fait partie – comme Julien Loïs ou Pierre Place (dont nous reviendrons bientôt sur ses Zapatistas) – des fidèles contributeurs de la revue Aaarg ! que l’on peut désormais retrouver en albums. Avec ici, sept histoires qui revisitent à sa façon l’histoire du septième art, entrecoupées de quelques strips.

Le comte Dracula à Ibiza, le monstre de Frankenstein à l’école primaire, The Thing en version potache, une étrange invasion de gens heureux (traitée sur le mode de la Nuit des morts vivants), un mix entre l’enfant sauvage et le loup-garou ou une relecture de Pacific Rim et ses robots géants de Guillermo del Toro. Autant de films de genre passés au mixeur de l’humour de B-Gnet. Un humour qui se déploie, de façon moins référentielle dans la première histoire de ce recueil : Hexentrick, et sa fausse-vraie sorcière magicienne échappant à l’inquisition pour tomber sous les mains du prévot pour arnaque…

Categories
Bulles Picardes humour Les albums à ne pas rater

Petites fables de favela

Rua Viva_couvRua Viva ! tome 1: Noticias, El Diablo (scénario), Julien Loïs (dessin). Editions Aaarg !, 56 pages, 14,90 euros.

Aaarg ! ce n’est pas (plus) seulement une belle revue, ce sont aussi des albums. Comme Rua Viva ! plongeant au coeur d’une favela brésilienne.

On s’y croirait, dans la favela de “Là-en-haut”, qu’on imagine installée dans une colline au dessus de Rio, avec sa foule grouillante, ses dealers, ses gangs et ses pauvres types qui essaient d’y survivre. Les cinq histoires rassemblées ici content ainsi quelques tranches de vie et autant de personnages haut en couleurs: Bonobo, le frimeur tout fier d’avoir été invité à la “baïle funk” du gang du coin et qui le paiera cher ; José, l’artiste venu du Nordeste, pris dans un engrenage fatal à cause de son art à décorer les armes ; les deux petits Raposa et Polvo persécutés sur le chemin de l’école par le flic ripoux Punho et son molosse ; Joao, le petit voleur de sacs ou le doux Coelho dont la machination destinée à lui redonner une contenance dans le quartier va déclencher une rumeur fatale…

Categories
Bulles Picardes Presse & Médias

Place à Aaarg n°8 !

Le huitième numéro bimestriel de la belle revue Aaarg ! vient de paraître. Avec toujours des sujets stimulants.

couv8_aaargIl avait fait la (superbe) couv’ du premier numéro. Il fait la (très belle) couv’ de ce huitième numéro. Pierre Place est donc à l’honneur en ce printemps dans la nouvelle livraison d’Aaarg ! Et, bonheur supplémentaire, la parution de l’intégrale de ses Zapatistas est annoncée pour le 23 avril en librairie !

On en apprend donc un peu plus, à travers le traditionnel et riche “abécédaire” qui lui est consacré, sur le fils de l’illustrateur François Place et “sa moustache qui surplombe une rangée de petites dents rieuses ainsi que la plus grande collection de santiags du nord-est-parisien”. Surtout, l’auteur qui a illustré fort bien voilà peu le dernier Baru y parle de ses influences (le roman graphique des années 30), de son intérêt pour les “calaveras” (des gravures sur bois satiriques mexicaines de la fin du XIXe siècle), de son amour pour Blueberry et puis aussi de Traven, de John Fante, de Keubla & Kébra et de pas mal d’autre chose, sur huit pages richement illustrées…

Categories
Bulles Picardes Presse & Médias

Aaarg ! ne mollit pas

Le n°5 de la belle revue Aaarg ! vient de débarquer. Avec un numéro en forme et étoffé.

Aaarg 5-couvEn cette période de crise de la presse, c’est avec grand plaisir qu’on découvre, en cette rentrée, le n°5 de la revue Aaarg ! Après un dernier « bimestriel » paru voilà déjà plus de quatre mois, on pouvait craindre une trêve estivale meurtrière. Il n’en n’est donc rien.

Qui plus est, non seulement Aaarg ! vient bien d’arriver dans les librairies (et quelques maisons de la presse de bon goût), avec son lot de récits complets, de strips (dont ceux, très réussis, signés Fabcaro), de nouvelles et de chroniques atypiques, mais, en plus, il ne cesse de s’étoffer en pagination.
Débutée avec 160 pages en moyenne (et un magnifique poster de la couv’), le nouveau numéro affiche 188 pages. Et l’équipe annonce même pour le 16 octobre (et le numéro spécial un an) un numéro de… 280 pages ! Une belle générosité qui se traduit aussi – et surtout – dans le contenu…