Categories
Les Dessous chics Littérature

Les coups de coeur du marquis…

Le pouls chantant

Productrice, réalisatrice et journaliste, Mireille Dumas tire, dans ce livre, sur les cordes vocales – sensibles – de notre cher pays: la France. On est en droit de ne pas lui donner tort: on l’a trop conspuée (la France; pas Mireille). Comme elle l’écrit dans l’introduction, «ce livre est une invitation à un véritable tour de France en chansons, un voyage immobile». Pour ce faire, elle convoque et revisite les œuvres de nos plus grands chanteuses et chanteurs Édith Piaf et Paris, Georges Brassens et Sète, Renaud et le Nord, Francis Cabrel et le Lot-et-Garonne, Jacques Brel et Vesoul, Claude Nougaro et Toulouse, Patricia Kaas et l’Est, etc. Elle n’oublie pas non plus les jeunes: Orelsan, Christophe Mahé, Vianney, et quelques-uns plus méconnus. En cela, elle réussit son tour de France et son pari car, comme elle l’écrit: «Écouter les chansons d’un pays et d’un peuple, c’est comme prendre son pouls, connaître ses respirations, entendre battre son coeur…». Ph.L.

La France en chansons, Mireille Dumas et Patrice Gascoin; éd. Cherche-Midi; 184 p.; 20 €.

 

Bête, méchant et salutaire

Pété de rire! Comment ne pas être effondré à la lecture de ce Hara-Kiri, 1960-1985, Les plus belles images, présentées par Cavanna, Delfeil de Ton, Stéphane Mazurier et Michèle Bernier? Décrire ces mêmes images, ces mêmes photos par les mots est difficile. Là, on voit un très bel arrière-train de dame, nu, sous la douche; à part que ce n’est pas de l’eau qui coule mais du blanc d’œuf. Et cette légende: «Gardez jusqu’au bout ce teint de jeune fille. Prenez chaque jour un bain de blancs d’œuf bien frais. Chambre syndicale des petits producteurs d’œuf ruinés par le Marché commun.» Il y a aussi les mots, les messages, les conseils. Celui-ci, notamment qu’en ces époques d’interdiction en tout genre, de manque d’humour total et d’aseptisation de la pensée, il serait difficile de prodiguer: «Pour Noël, bats ta femme. Pour le jour de l’an, viole ta fille.» Une horreur! Transgression totale. OK. Mais que les moralistes de la pensée (de droite, comme le gauche – peut-être les pires!) se souviennent de Dada, des Surréalistes. Non, il n’y avait pas que l’urinoir de Duchamp. Et c’est bien ainsi. La vie est si courte. Ph.L.

Hara-Kiri, 1960-1985, Les belles images; éd. Hoëbeke; 318 p.; 25 €.

 

 

Categories
Littérature Non classé

L’Histoire en couleurs

 

Daniel Picouly, porte, comme un bébé, son dernier livre.

 L’écrivain Daniel Picouly sort un beau livre, manière de leçon d’histoire à l’ancienne avec des planches pédagogiques et des héros. Les nôtres.

 Daniel Picouly était dernièrement à la librairie Martelle, à Amiens, où il a dédicacé son dernier livre Nos Histoires de France, un ouvrage magnifique publié aux éditions Hoëbeke (187 pages, 30 ¤). Rencontre avec cet écrivain très médiatique.

Pourquoi ce livre «Nos Histoires de France»?

Dans le titre, il y a la réponse. Je considère qu’il n’y a pas une Histoire de France, mais des Histoires de France. Tout est dans la façon de ressentir nos Histoires. Quand on est enfant, pendant les cours d’Histoire, il y avait des personnages qui résonnaient plus que d’autres. Moi, grâce aux figurines que je trouvais dans les paquets de café Mokarex, je me suis passionné pour la Révolution. Ce livre, c’est un peu l’Histoire vue par le cancre que j’étais. Dans les planches, dans ces grandes gravures colorées, je voyais des choses que certains ne voyaient pas. Exemple: ce monsieur la tête coincée dans un carcan et l’indifférence des gens tout autour… Je me souviens aussi de Roland abandonné par les siens à Roncevaux. Cette image résonnait en moi. De même quand je voyais ce personnage à genou qui embrassait la robe de saint Louis; je croyais qu’il se mouchait dedans. On regardait ces planches au travers de nos propres histoires. Jeanne d’Arc, ma mère la comparait à Coco Chanel ; elle disait que c’était une femme libre avec ses cheveux courts.

Est-ce que vous avez l’impression que vous avez plus facilement appris l’Histoire de France grâce à ces planches illustrées?

Elles m’ont bien sûr considérablement aidé car elles étaient belles. C’est notre instituteur, Monsieur Brulé qui nous montrait ces illustrations. Elles nous fascinaient. M.Brulé était un vrai pédagogue; ces gravures suscitaient de l’intérêt. J’ai beaucoup appris grâce à ces planches. Elles correspondaient pour nous à un moment de calme; elles nous faisaient rêver. Des moments d’émerveillement. Nous partions en rêverie. Notre instituteur devenait un conteur.

Est-ce que cet apprentissage de l’histoire était plus efficace que celui déployé aujourd’hui?

Je reviens d’une classe d’Amiens où j’ai rencontré des élèves. Ils utilisent des moyens modernes, des tableaux électroniques. Je ne pense pas qu’on puisse surprendre les enfants grâce à ces tableaux électroniques car les élèves d’aujourd’hui ont accès à toutes les technologies. En revanche, lorsque j’ai accroché sur le tableau, l’un des grandes gravures, ils ont tous été interpellés. Ils ne savaient pas Marie-Antoinette avait été guillotinée. On a parlé du clergé, de la noblesse, des lettres de cachet. Je leur disais qu’avec un simple papier on pouvait enfermer quelqu’un.

Que pensez-vous des projets qui tentent de diminuer les cours d’histoire et de philosophie, voire de les supprimer?

Supprimer ces matières, c’est insensé! Elles forment le citoyen. Qu’est-ce qu’on veut faire? Il est pourtant nécessaire d’avoir un regard critique. L’histoire est faite de héros. J’y suis favorable. On peut partir du mythe pour arriver à la réalité.

Ne pensez-vous pas que ces gravures diffusaient une bonne dose de poésie qui contribuait à développer l’imaginaire et à faciliter l’apprentissage?

Bien sûr que oui. Quand je les contemplais, je voulais être chevalier. J’avais un frère qui se prénommait Roland, j’étais donc particulièrement sensible à Roland à Roncevaux et son épée Durandal. Mon père disait qu’elle était incassable car elle avait été fabriquée avec le métal utilisé pour construire les avions.

Parlez-nous de l’émission de télévision que vous animez sur France Ô.

Elle se nomme «Le monde vu par»; elle dure 26 minutes. J’invite des personnalités qui expliquent comment leur engagement est né, parfois dans leur enfance.

Propos recueillis par

PHILIPPE LACOCHE

 

* « Nos Histoires de France », Daniel Picouly, éditions Hoëbeke, 188 pages, 30 euros

Quatrième de couverture : « À l’heure de la leçon d’histoire dans les écoles d’autrefois, l’instituteur accrochait sur les murs de la classe des “planches pédagogiques” et un cortège de héros surgissait alors sur de belles images en couleurs…»