Categories
Bulles Picardes heroïc fantasy Les albums à ne pas rater

Le Danthrakon livre ses recettes

 Le Danthrakon, tome 2: Lyreleï la fantasque, tome 3: le marmiton bienheureux, Christophe Arleston (scénario), Olivier Boiscommun (dessin), Florence Torta (couleurs). Editions Drakoo / Bamboo, 56 pages, 14,90 euros.

Suite et fin rapide pour cette nouvelle trilogie d’Arleston. A peine un an après la parution du réjouissant tome 1, la saga s’achève donc en cet automne.

Ayant vu sa vie bouleversée après avoir involontairement fait se “déverser” en lui, le maléfique livre Le Danthrakon, le pauvre marmiton Nuwan n’est pas au bout de ses peines.

Ayant échappé de peu aux troupes de l’inquisiteur Amutu, il était allé cherché refuge chez la presque-immortelle Lyreleï, la mère de Lerëh, étudiante et amie qui l’accompagne dans son périple, tout comme Garman et Tinpuz, le fuff, son anima de compagnie. Mais le répit est de courte durée. Amutu débarque bientôt sur sa mygatule tandis que le père de Lerëh, le cruel duc Funkre d’Arpiome, entend bien, lui aussi prendre possession du Danthrakon.

Après quelques révélations familiales assez corsées, et la naissance d’une relation véritablement fusionnelle entre Lerëh et Lyreleï, la vérité et le combat final éclateront sur l’archipel de Fragonos.

Occasion, au milieu d’un combat dantesque de mages, de recevoir une leçon de sagesse, de concevoir une recette gastronomique pleine d’amour, mais surtout de découvrir le formidable secret de Tinpuz…

Des combats de  sirènes, des mages plus ou moins sages, des héroïnes n’ayant pas froid aux yeux, un (anti)héros largement dépassé par l’ampleur de ses pouvoirs durant une bonne partie de l’aventure, des peuplades étranges qui cohabitent… Cette première trilogie d’heroïc-fantasy post-Lanfeust de Christophe Arleston a donc bien des similitudes avec la glorieuse oeuvre passée, mais on peut aussi y voir des clins d’oeil aussi vers la Quête de l’Oiseau du Temps (avec le rôle clé joué par Tinpuz).

La différence se fait avec un dessin moins semi-réaliste moins nerveux et plus aseptisé et un ton plus doux – même si les trois albums, et singulièrement le dernier, ne manquent pas de combats voire de morts violentes.

Plus légère, cette histoire-là n’en reste pas moins distrayante, pleine de rebondissements et d’une lecture agréable. Et c’est la démonstration que Christophe Arleston n’a pas perdu la main pour cuisiner sa petite saga d’heroïc-fantasy.

Categories
Bulles Picardes heroïc fantasy Les albums à ne pas rater

Danthrakon, une nouvelle saga à la sauce Arleston

Danthrakon, tome 1: le grimoire glouton, Christophe Arleston (scénario), Olivier Boiscommun (dessin), Claude Guth (couleurs). Editions Bamboo, coll. Drakoo, 56 pages,

Vous avez aimé l’univers de Troy ? Vous apprécierez sûrement celui de Kompiam, où vivent différentes races: humains mais aussi batraciens kohatolas, mandrioles reptiliens, bursus plantigrades ou rongeurs kobls. Et, dans cette cité-Etat aussi, la magie règne en maître. Magie du verbe, la plus élevée, magie des éléments et magie du sang, la plus puissante et dangereuse. Et de même que Lanfeust était un modeste forgeron embarqué contre son gré dans de trépidantes aventures, c’est un marmiton qui est au coeur de cette nouvelle aventure.

Nuwan est apprenti auprès du chef Rumbopöh, cuisinier du grand mage Waïwo. De basse extraction, Nuwan ne devrait avoir aucunes perspectives ni accès à la connaissance. Mais la jolie Lerëh, élève de maître Waïwo dont il est un peu amoureux, lui apprend à lire. C’est ce qui va le pousser, un soir, à feuilleter un grimoire aux pouvoirs fabuleux que Waïwo vient d’acquérir: le Danthrakon. Et Nuwan va alors subir dans son corps les effets magiques du livre, déclenchant un effet boule de neige qui va bouleverser la cité et transformer radicalement la vie du marmiton et de sa belle.

Libéré (malgré lui) de Lanfeust Mag, Christophe Arleston s’est lancé dans un nouveau challenge, en développant l’heroïc-fantasy aux éditions Bamboo, à travers la collection Drakoo, dont il s’est donc chargé de réaliser le premier album paru.

Prévu en trois albums, Danthrakon ne dépaysera donc pas les fans des aventures de Lanfeust ou des Trolls. Rien de révolutionnaire, certes, mais un (anti)héros sympathique vite dépassé par les forces qui se sont emparées de lui, une jeune fille au fort caractère et jusqu’à Kompiam qui n’est pas si éloignée que cela d’Eckmülh. Ajoutons donc un grimoire magique aux sonorités évoquant le Necronomicon de Lovecraft – en moins effrayant quand même.

Si l’ambiance reste familière, Arleston parvient à bien se renouveler concernant l’intrigue. Le récit, joliment mis en scène par Olivier Boiscommun (qui a pratiqué récemment le genre animalier-antropomorphe avec Le Règne), démarre fort et embarque le lecteur dans une histoire prenante (avec un cliffhanger surprise susceptible de bien relancer le tome 2). Aventure, romance et un zeste d’humour (moins marqué que dans les premiers Lanfeust) complètent la sauce.

Une jolie entrée en matière (complétée par un cahier graphique apportant des précisions sur les personnages, pour la première édition). Et un bon début pour une collection Drakoo qui annonce déjà deux autres albums dès le mois prochain: La Pierre du chaos (par Gabriel Katz et Stéphane Créty et une guerre sans merci dans un monde proche de la Rome antique) et Dragon & Poisons (d’Isabelle Bauthian et Rebecca Morse, autour d’une quête dans l’antre d’un dragon). Deux albums dont les premières planches diffusées se montrent plutôt alléchantes.

Categories
anticipation heroïc fantasy Les albums à ne pas rater

Que le Règne arrive…

Le règne, tome 1: la saison des démons, Sylvain Runberg (scénario), Olivier Boiscommun (dessin). Editions Le Lombard, 

La Terre, dans un futur plus ou moins lointain. La folie des hommes les a fait définitivement disparaître de la planète, ne laissant derrière eux que des cataclysmes météorologiques et une image légendaire de “dieux maléfiques” chez les nouvelles créatures dominantes, des animaux mutants qui ont reconstitué une société post-apocalyptique et pré-technologique.
Parmi celles-ci, le prince Jason et son épouse, du clan des Artabach, se rendent en convoi jusqu’au sanctuaire du Shrine, pour se mettre à l’abri lors de la tumultueuse “saison des Démons”. Rapidement attaqués par des pillards, ils ne doivent leur survie qu’à l’arrivée de trois mercenaires qui leur proposent leur protection en échange de rétributions : Isaac, le guerrier tigre blanc, Octavia, l’une des dernières représentantes en liberté du peuple guépard et Pantacrius, le buffle (ou le bouc ?). Mais c’est pour retomber sur un péril encore plus grand: l’union de plusieurs clans de pillards derrière Sertor qui bloquent un pont, unique point de passage pour atteindre le fameux sanctuaire. Une nouvelle fois, le trio devra démontrer son audace…