Categories
Bulles Picardes heroïc fantasy jeunesse Les albums à ne pas rater

Rok en stock pour l’Ultralazer

 Ultralazer, tome 2: Rok, Pauline Giraud et Maxence Henry (scénario), Yvan Duque (dessin). Editions Delcourt, 128 pages,  18,95 euros.

Horb et ses amis ont réussi à fuir les Buzards, mais le roi des bêtes de la planète Topoï à dû se sacrifier pour cela. Après ce final retentissant du tome 1, la petite bande a donc débarqué sur la planète désertique Rok. Mais elle aussi est passée sous la domination des oiseaux prédateurs qui se sont installés dans la cité d’Agathe Xiloïde, construite au pied d’un arbre géant abritant un autre roi des bêtes, désormais fossilisé comme ultime défense.

Lekok, le déserteur buzard, leur apprend alors les liens entre les trois planètes Topoï, Rok et Ynox, patrie des buzards. Et Kabiyo, l’encombrant mais attachant homme-poisson va lui aussi faire une révélation stupéfiante, qui va entraîner Horb dans une nouvelle bataille, où il va engager ses nouveaux super-pouvoirs pour la préservation de la planète…

La jolie découverte de ce récit fantasy plein de fantaisie se poursuit sur un même rythme trépidant dans ce deuxième tome. Celui-ci débute par le dévoilement de ce fameux ultralazer, l’arme qui pourrait modifier la donne dans la lutte contre les buzards. De ce fait, la quête change de nature et s’oriente vers une plus classique résistance contre les sinistres occupants de la planète Rok. Mais celle-ci réserve encore son lot de rebondissements et de personnages haut en couleur. Et les séquences d’action, un peu confuses dans le tome 1, sont nettement plus lisibles cette fois.

Toujours porté par son univers très coloré, et plus que jamais empreint de considérations écologiques, cette nouvelle étape de la quête initiatique d’Horb se montre tout aussi attrayante et attractive. De quoi attendre avec impatience, mais aussi sérénité, la suite et un retour à “la source” annoncée pour l’année prochaine.

Categories
Bulles Picardes jeunesse Les albums à ne pas rater

La quête trépidante de l’Ultralazer

Ultralazer, tome 1, Pauline Giraud, Maxence Henry et Yvan Duque. Editions Delcourt, 128 pages, 18,95 euros.

La planète Topoï est un petit paradis verdoyant. Une harmonie en partie due au roi des bêtes, dieu vivant qui assure l’équilibre de la planète. Le jeune Horb en est l’actuel gardien. Avec l’aide de son cerf, Bouko, il doit nourrir tous les jours le roi de cristaux, qu’il va rechercher au loin dans la montagne. Ce jour-là commence mal, puisqu’il doit en plus subir la présence de Kabiyo, gentil mais pesant voisin à la tête de poisson. Et cela empire vraiment quand une bande de mercenaires “buzards” s’abat sur Topoï, ravageant tout, et cherchant à s’emparer du roi des bêtes. Horb, Bouko et Kabiyo parviennent à s’enfuir avec le roi. Mais c’est le début d’une longue fuite, au cours de laquelle ils se retrouveront bientôt épaulé par un mercenaire déserteur et une voleuse à la force extraordinaire grâce à ses bracelets magiques. Des renforts pas inutiles face aux multiples dangers qu’ils vont devoir affronter. En attendant de trouver le mythique “ultralazer” qui pourrait les sauver.

Sur la couverture, Horb (puisque c’est bien lui, à côté de sa monture Bouko) a un faux air du prince Ashitaka dans Princesse Mononoké. Et ce premier album fait effectivement songer, comme le souligne l’éditeur, à l’univers de Miyazaki. Les personnages fantastiques, l’ambiance magique et l’attention portée à des décors naturels luxurieux accentue encore cet effet. Mais cet univers, qui se révèle dans ce premier tome, porte une vraie singularité. Reflet, il est vrai d’un projet qui l’est tout autant.

C’est en 2014, en effet, que Pauline Giraud et Maxence Henry, ont commencé à créer le monde d’Ultralazer sous forme… de sculptures et décors en papier découpé, avant de s’orienter en plus, depuis deux ans, vers la bande dessinée, avec l’appui du dessinateur Yvan Duque.
Même si les séquences d’action et de batailles sont parfois un brin confuses, cette saga d’heroïc-fantasy jeunesse s’avère vite prenante, avec sa faune et sa flore étonnantes et son style graphique un peu naïf, coloré et très séduisant. Une quête à suivre.